La vérité sur la ménopause

La ménopause est souvent vécue dans les pays occidentaux comme une maladie. Dans d’autres sociétés, l’arrêt des règles ne s’accompagne d’aucun symptôme et confère aux femmes une autorité accrue. Cette période d’infertilité a en tout cas probablement joué un rôle majeur dans la survie de notre espèce.


© Sven Torfinn / Panos / Rea

Dans un camp de personnes déplacées au Soudan du Sud, dans les années 2000. « Le grand-maternage est en fait le moteur de l’évolution de la vie humaine. »

En 1966, le médecin américain Robert Wilson publie Femi­nine Forever, un best-seller dans lequel il propose enfin aux femmes une solution à la ménopause, cette terrible affection qui altère leur beauté, entame leur vitalité et nuit à leur bien-être général. La prise d’œstrogènes, affirme le Dr Wilson, permet aux femmes d’éviter la ménopause et de rester «éternellement féminines». Vingt ans plus tôt, la psychanalyste Helene Deutsch écrivait à propos de la ménopause dans La Psychologie des femmes : « La femme a terminé son existence en tant que créatrice d’une vie nouvelle, elle a atteint sa fin naturelle [...] en tant que servante de l’espèce. [...] Avec la disparition du service reproducteur s’évanouit sa beauté, et aussi en général l’émanation vivante et chaude de la vie émotionnelle féminine.» 1 Cette sombre vision transparaît dans Le Deuxième Sexe, de Simone de Beauvoir. Au moment où paraît Feminine Fore­ver, la révolution sexuelle a persuadé de nombreuses femmes que la sexualité é...
LE LIVRE
LE LIVRE

The Slow Moon Climbs. The Science, History, and Meaning of Menopause (« La lune, lentement, s’élève. Science, histoire et signification de la ménopause ») de Susan P. Mattern, Princeton University Press, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Société Pourquoi les universités américaines sont les meilleures
Société Comment 2020 est devenue l’année de la guillotine
Société Dernier hiver à Benidorm

Aussi dans
ce numéro de Books