Guerre scolaire en Australie
par Steven Schwartz

Guerre scolaire en Australie

Pourquoi tant d’inégalités entre les écoles ? Le milieu social est-il déterminant ? Faut-il beaucoup mieux payer les enseignants ? Les recruter parmi les plus brillants éléments de l’université ? Accorder à tous les parents le choix de l’école ? Décentraliser ? Évaluer publiquement les établissements ? Organiser un retour à la pédagogie « scolaire », au vieux sens du terme ? Tout cela à la fois ? Ces questions, on se les pose aux antipodes…

Publié dans le magazine Books, mars-avril 2010. Par Steven Schwartz
Un matin de janvier 1800, un être mystérieux surgit des bois, dans l’Aveyron. De la taille d’un garçon de 12 ans, une chemise déchirée pour tout vêtement, cette étrange créature semblait indifférente au froid hivernal et inconsciente de sa nudité. Elle grognait mais ne parlait pas et mangeait voracement, tirant les pommes de terre du feu à mains nues. Pour des raisons évidentes, on l’appela l’« enfant sauvage de l’Aveyron ». En pleine époque des Lumières, sa découverte nourrit une polémique considérable parmi les philosophes et les éducateurs. Était-ce un exemple du « bon sauvage » de Rousseau, non corrompu par les contraintes sociales qui avaient étouffé l’Europe des siècles durant ? Le garçon allait-il apprendre à parler et se prendre en charge à mesure que ses talents innés se révéleraient, comme l’Émile de Rousseau ? Ou, pour suivre John Locke, était-il une page blanche attendant d’être écrite par un enseignement de qualité et une pédagogie intelligente ?   La flamme de l’enseignement inspiré brille toujours à Hollywood Jean Marc Gaspard Itard, un médecin parisien, entreprit de répondre à ces questions. Il adopta l’enfant et le baptisa Victor. Avec patience et persévérance, il s’employa à le civiliser, en usant de méthodes qu’il jugeait progressistes. Il conçut des jeux pour l’encourager à « découvrir » comment lire et parler ; il l’emmena en sorties d’études, notamment au zoo pour lui enseigner le nom des animaux. Itard pensait qu’un environnement stimulant, une éducation éclairée et un professeur dévoué suffiraient à compenser les dommages subis par Victor durant ses années de solitude dans les bois. Malheureusement,…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.