Castes : « Je suis une dalit à New York »

En Inde, une infime partie des dalits échappent à leur condition d’intouchables grâce à la politique des quotas, qui leur ouvre la voie aux études et aux emplois. Ils n’en restent pas moins des parias malgré leurs efforts pour cacher leur origine. Ce n’est que loin du pays natal qu’un « coming out » devient possible.


© Calvin Tso / Admerasia

Yashica Dutt à New York. Chaque fois qu’elle rencontre un compatriote, raconte-t-elle, il lui demande à quelle caste elle appartient.

En 2015, Yashica Dutt s’installe à New York pour faire des études de journalisme à l’université Columbia. Là, elle a une révélation. En cours, ses ­camarades noirs, hispaniques et homos parlent sans ambages des discriminations et des ­insultes dont ils sont l’objet. Elle en est stupéfaite : elle-même, en Inde – pendant toute son enfance, ses études universitaires et le début de sa carrière –, a dû soigneusement dissimuler sa caste. Ce qui la frappe ­encore plus, c’est la réaction des autres étudiants. Loin de contester les témoignages de leurs camarades membres de minorités, ils manifestent leur solidarité et expriment même de la colère. Au bout de deux mois, Yashica Dutt prend la décision difficile de parler de son expérience de dalit [autrefois appe­lés « intouchables »]. La réaction de ses camarades l’aide à comprendre qu’elle n’a pas à éprouver de honte mais au contraire de l’indignation.  
LE LIVRE
LE LIVRE

Coming Out As Dalit de Yashica Dutt, Aleph, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Société Pourquoi les universités américaines sont les meilleures
Société Comment 2020 est devenue l’année de la guillotine
Société Dernier hiver à Benidorm

Aussi dans
ce numéro de Books