Entre les murs


Numéro d’écrou 4827, Valérie Zézé photographie mentalement et emmagasine tout ce qu’elle voit sur le chemin qui la conduit pour la huitième fois à la maison d’arrêt de Berkendael à Bruxelles. Ces images lui permettront de s’évader, de s’envoler de sa cellule. D’origine camerounaise, polytoxicomane et « voleuse de luxe » récidiviste comme elle se décrit, Valérie connaît bien la prison, ses codes, sa routine, ses trafics, l’intimité et la promiscuité avec ses codétenues, son cachot dans lequel elle se réfugie dans le silence et la solitude. La ballade des dangereuses est le récit de cette ultime détention qui verra Valérie lutter contre ses démons et se hisser péniblement vers sa rédemption. Pour le troisième livre coécrit ensemble, les sœurs Herman - Anaële au scénario et Delphine au dessin - racontent l’histoire vraie de Valérie Zézé, et nous offrent un témoignage réaliste et émouvant sur la vie dans les prisons pour femmes.   LA BALLADE DES DANGEREUSES_num-6 LA BALLADE DES DANGEREUSES_num-7 LA BALLADE DES DANGEREUSES_num-8 LA BALLADE DES DANGEREUSES_num-9 LA BALLADE DES DANGEREUSES_num-18 LA BALLADE DES DANGEREUSES_num-22 LA BALLADE DES DANGEREUSES_num-41 LA BALLADE DES DANGEREUSES_num-47
LE LIVRE
LE LIVRE

La ballade des dangereuses, journal d’une incarcération de Anaële Hermans et Delphine Hermans, La Boîte à bulles, 2018

SUR LE MÊME THÈME

Blog « Notre Antigone n'a pas pu sortir »
Blog Le bel avenir de la presse papier
Blog Fake news: Poutine et Robespierre

Dans le magazine
BOOKS n°122

DOSSIER

Faut-il encore faire des enfants ?

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Bestsellers

Un roman monstre

par Baptiste Touverey

Entretien Henry Mintzberg

« Les systèmes de santé souffrent plus de leur succès que de leur échec »

par Olivier Postel-Vinay

Voir le sommaire