Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour préserver l’indépendance de Books !

Inaperçu
Temps de lecture 1 min

L’épidémie qui protège du Sida


Modèle théorique de la protéine CCR5/ Thomas Splettstoesser

Le cas d’un deuxième malade du sida en rémission prolongée grâce à une greffe de moelle osseuse venant d’un donneur porteur d’une mutation sur le gène CCR5 le rendant résistant au virus a été présenté dans la revue Nature du mardi 5 mars.

Dans The Genealogy of a Gene, le livre qu’il consacre au gène CCR5, l’historien des sciences Myles Jackson rappelle que cette mutation, appelée delta 32, n’est présente que dans 1% de la population mondiale et quasiment exclusivement dans la population caucasienne (où sa prévalence est de 10%).

Cela a conduit plusieurs équipes de chercheurs à penser que cet allèle, qui ne semble pas avoir d’autre utilité que son apparente résistance au VIH-1, était le fruit d’une évolution positive survenue sur le vieux continent. Elles se sont mises en quête d’un déclencheur. Une grande épidémie avec une très forte mortalité aurait pu inciter la nature à chercher une parade génétique.

Les premières cartographies de la distribution de cette mutation semblaient indiquer qu’elle était apparue il y a environ 700 ans. Les chercheurs ont donc pensé à la Peste noire, et notamment à une épidémie ayant ravagé l’Europe entre 1346 et 1352. Mais les expériences sur le bacille de la peste ont fini par montrer qu’il n’interagissait pas avec CCR5. Et des analyses menées sur des squelettes d’anciens cimetières allemands et italiens ont fait apparaître que la fréquence de Delta 32 n’est pas moins importante parmi les victimes de la peste que parmi celles des victimes de famines. D’autres chercheurs suivent la piste de la variole ; et d’autres encore celle d’un virus hémorragique, du genre d’Ebola.

En 2005, une équipe du centre de recherche biomédicale du MIT, s’appuyant sur le projet international HapMap qui développe une carte  des variations génétiques du génome humain, a montré que la mutation a au moins 5000 ans. Elle assure par ailleurs que le schéma menant à Delta 32 n’est pas exceptionnel et pourrait être le fruit d’une évolution neutre, un hasard sans lien avec un événement passé.

 

À lire aussi dans Books : Plaidoyer pour le dépistage génétique, juin 2016.

LE LIVRE
LE LIVRE

The Genealogy of a Gene: Patents, HIV/AIDS, and Race de Myles Jackson, The MIT Press, 2015

SUR LE MÊME THÈME

Inaperçu Tiananmen : une archive inédite du PC chinois
Inaperçu Où est passée la weblittérature ?
Inaperçu Doléances éclairées

Dans le magazine
BOOKS n°99

DOSSIER

La forêt et nous

Société

« Où est le tigre, où est le tigre ? »

par Aman Sethi

Médecine

La sylvothérapie déferle sur l’Occident

par Nathalie Atkinson

Bestsellers

Cauchemar bucolique

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.