Les États-Unis aussi ont leurs enfants-soldats
par Patrick Radden Keefe

Les États-Unis aussi ont leurs enfants-soldats

De la Sierra Leone à l’Afghanistan, de la Colombie au Sri Lanka, les enfants sont amplement utilisés dans les conflits armés. Ces mineurs combattants sont désormais considérés comme des victimes. Pourquoi les adolescents américains recrutés par les cartels de la drogue mexicains n’ont-ils pas droit au même traitement ?

Publié dans le magazine Books, novembre / décembre 2017. Par Patrick Radden Keefe

© Michael Stravato / The New York Times / Rea

Rosalío Reta (ici en 2009) a intégré le cartel mexicain des Zetas à 16 ans, en compagnie de son ami Gabriel Cardona. Tous deux purgent une peine de prison à vie au Texas.

Quand Gabriel Cardona a été condamné, en 2009, les photographes de presse l’ont immortalisé à travers une vitre de protection, comme s’il s’agissait d’une bête exotique. Quelque chose dans son parcours, c’est vrai, dépassait l’entendement. Une contradiction trop terrible pour être assimilée : un assassin enfant. Pourtant il se tenait là, assis, dans sa tenue de prisonnier d’un blanc immaculé, faisant l’inventaire macabre de ses actes sur un ton détaché. Lors de son arrestation, Cardona avait 19 ans, et son ­visage aux traits délicats conservait un air de petit garçon qui ne collait pas avec le reste. Lorsqu’il parlait, toutefois, il clignait des yeux en rafales nerveuses : ses ­interlocuteurs se retrouvaient alors à fixer une seconde paire d’yeux tatoués sur ses paupières à l’encre noir bleuté. Ces dix dernières années, alors que le bilan de la guerre de la drogue au Mexique ne cessait de s’alourdir, les Américains ont eu trop souvent tendance à considérer les atrocités qui se déroulaient de l’autre côté de la frontière comme un problème étranger, aussi éloigné d’eux que les conflits en Libye ou en Syrie. Sauf que Gabriel Cardona est un adolescent américain. Un garçon pauvre mais intelligent qui est né et a grandi à Laredo, au Texas, et était parfaitement en phase avec la culture méritocratique des États-Unis. Enfant, il rêvait de ­devenir avocat. Il jouait dans l’équipe de football américain de son lycée, avait lu Friday Night Lights, de Buzz Bissinger, et se reconnaissait dans les aspirations déçues des personnages du…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire