La mort du baiji

Cette espèce rarissime de dauphin vivait dans le fleuve Yangzi Jiang, et seulement là. Elle s’est éteinte. L’indifférence des autorités chinoises et les atermoiements de la communauté internationale ont abandonné le baiji à sa disparition annoncée.

La photographie de couverture est le plus triste de ce triste livre. Qiqi, l’un des très rares dauphins (ou « baiji ») du fleuve Yangzi Jiang jamais photographiés, y ondule gracieusement dans l’eau, pointant vers l’objectif son long bec si particulier. Mort en 2002, Qiqi était l’un des rares baijis en captivité. Vous n’en verrez probablement jamais d’autre, ni dans le Yangzi Jiang [anciennement Yang Tsé-kiang], ni dans la réserve de l’Institut d’hydrobiologie où vivait Qiqi. Comme le rappelle Samuel Turvey dans cette étude approfondie, bien documentée – et indignée –, « seules quatre autres familles de mammifères ont complètement disparu » au cours des cinq cents dernières années. Le baiji, l’une des rares espèces connues de dauphin d’eau douce, est apparu voici vingt millions d’années dans le bassin du Yangzi, et il est décrit dans des documents chinois anciens. Turvey, paléontologue à la Société zoologique de Londres, a déjà passé une bonne partie de sa jeune vie à tenter de repérer le cétacé et – sachant qu’il avait peu de chance d’y parvenir – de le sauver de l’...
LE LIVRE
LE LIVRE

Témoignage d’une extinction. Pourquoi et comment nous n’avons pas su sauver le dauphin du Yangzi Jiang, Oxford University Press

SUR LE MÊME THÈME

Environnement Quand les forêts s’embrasent
Environnement Ces jolis écureuils roux bien de chez nous
Environnement Franzen contre l’obsession climatique

Dans le magazine
BOOKS n°121

DOSSIER

Tous traumatisés !

Chemin de traverse

14 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Soigner mes traumas

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

John Donne, poète rock’n’roll

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire