Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Art

La vraie beauté du faux

Ce qui définit l’œuvre, ce n’est pas la main qui l’a faite.

Sachant que les historiens de l’art avaient relevé un vide dans la production de Vermeer entre la première période, influencée par Le Caravage, et la dernière, organisée autour d’un projet unique de transformation de la lumière, van Meegeren a peint un tableau destiné à combler cette lacune. Il choisit un thème traditionnel de l’époque, les pèlerins d’Emmaüs. Maintenant, qu’importe que cette toile ait été peinte ou non par Vermeer ? Certes, l’authenticité intéresse les acheteurs, qui en font le plus grand cas lorsqu’ils décident des prix. Mais le marché de l’art reste attaché à la conception romantique de l’artiste, celle d’un génie irremplaçable que nul ne saurait imiter à la perfection. Pourtant, dans la Rome antique, les copies des grands sculpteurs grecs circulaient de main en main à des prix astronomiques et les sénateurs romains se les arrachaient pour en décorer leurs villas. Rodin lui-même signait des œuvres exécutées par ses meilleurs disciples. Ce qui définit l’œuvre d’un artiste, ce n’est pas la main qui l’a peinte, mais la manière dont elle en structure les différentes parties ; manière qui caractérise l’ensemble des travaux du peintre et de ses proches disciples. C’est dans ce jeu du beau et du laid, du bon et du mauvais travail que se construit une grammaire qui donne du sens à notre lecture. Mais cette grammaire n’est pas figée. Elle offre une rationalité partielle qui s’articule au discours : la parole du spectateur participe de la contemplation du beau, elle configure le passage de la perception à la réflexion esthétique, contribuant à faire de l’œuvre une réalité intersubjective. Les uns encensent le tableau, d’autres le dénigrent ; mais tous en parlent, lui conférant par là même une existence, une légitimité. Les musées sont remplis de pièces à l’authenticité douteuse. La tromperie du faussaire n’affecte pas ce jeu auquel nous participons tous, dès lors que nous apprenons à visiter des musées et des galeries, à vivre au sein de l’art, à juger du beau et du laid, à distinguer une œuvre magistrale d’un travail médiocre.

Traduit du brésilien par Myriam Benarroch.

Pour aller plus loin

Autres livres évoqués dans cet article

Anthony Bailey, Vermeer. A View of Delft, Henry Holt & Company, 2001.

Edward Dolnick, The Forger’s Spell, Harper, 2008.

Luigi Guarnieri, La doppia vita di Vermeer, Mondadori, 2004 (paru en français chez Actes Sud en 2006, sous le titre La Double Vie de Vermeer).

Pierre Sterckx, Johannes Vermeer. Voyages à Delft, PUF, à paraître le 25 février 2009.

Autres livres sur Vermeer en français

Daniel Arasse, L’Ambition de Vermeer, Adam Biro, 2004.

Pascal Bonafoux, Vermeer, Éditions du Chêne, 2008.

Marcel Proust, Petit pan de mur jaune d’après la « Vue de Delft » de Vermeer.

SUR LE MÊME THÈME

Art Quelle était la couleur de la Vénus de Milo ?
Art Dans ce hors-série
Art L’art dans l’enfer de la Shoah

Dans le magazine
BOOKS n°102

DOSSIER

Vieillir... mais comment et jusqu'où ?

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Résolutions pour quand je vieillirai

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

« Nous vivrons tous un jour à Kochland »

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.