Le Danemark aux Danois

Célèbre pour sa généreuse protection sociale, le Danemark se révèle aussi, c’est moins connu, un pionnier des politiques anti-immigration. Terrifié à l’idée que la crise des réfugiés ne submerge l’État-providence, le pays a conçu une politique d’austérité asilaire qui fait consensus. C’est que l’égalitarisme à la danoise repose sur conception très exclusive de l’identité nationale.

 


©Mauricio Lima/The New York Times/Redux/REA

Demandeurs d'asile refoulés par la police danoise près de la frontière allemande en septembre 2015.

Dans tous les pays d’Europe, la crise des réfugiés syriens soumet les milieux politiques à une pression intense. En Pologne, les électeurs ont porté au pouvoir un parti de droite dont le leader, Jarosław Kaczyński, déclare que les migrants introduisent en Europe « des maladies dangereuses » et « différents types de parasites ». En France, lors des élections régionales de décembre, certains candidats socialistes se sont retirés pour soutenir les candidats de droite et empêcher le Front national de l’emporter. Même l’Allemagne, qui a accueilli en 2015 plus de 1 million de demandeurs d’asile, a dû reculer face à la révolte montante au sein du propre parti de la chancelière Angela Merkel et aux viols du Nouvel An à Cologne, imputés à des hommes d’origine nord-africaine. Et puis il y a le Danemark. Cette petite et riche démocratie scandinave de 5,6 millions d’habitants est, selon la plupart des classements, l’un des pays les plus ouverts et les plus égalitaires au monde. Les disparités de revenus et le taux de pauvreté y sont parmi les plus faibles des nations occidentales. Connu pour avoir des villes au bilan carbone ...
LE LIVRE
LE LIVRE

The Tyranny of Silence de Flemming Rose, Cato Institute, 2015

SUR LE MÊME THÈME

Politique Gertrude Bell, architecte de l’impossible Irak
Politique Hongkong : le long combat de Joshua Wong
Politique La rançon ou la mort, l’impossible dilemme des otages

Aussi dans
ce numéro de Books