Le petit théâtre de Tatsumi
par Books

Le petit théâtre de Tatsumi

À 75 ans, l’un des plus grands dessinateurs de BD japonais revisite le rakugo, un art théâtral traditionnel, avec ses contes moraux de l’époque Edo.

Écrit par Books publié le 30 août 2012
À l’instar du kabuki, du nô, ou du bunraku, le rakugo, est une forme théâtrale japonaise traditionnelle, qui remonte au XVIIe siècle. Bien moins connue en Occident que les trois autres, le rakugo (« les mots qui tombent », en japonais) consiste en de courtes histoires satiriques, souvent cocasses, déclamées dans de petits théâtres (les « yose ») par un conteur. Maître dans « l’art de la parole », ce dernier, seul sur scène, assis en tailleur et vêtu d’un simple kimono, fait surgir une foule de personnages du petit peuple et incarne tous les rôles, passant de l’un à l’autre d’un simple geste de la tête et en modifiant sa voix. « En réinvestissant ces fables morales de l’époque Edo, Yoshihiro Tatsumi, célèbre mangaka de 75 ans, rompt avec les bas-fonds tokyoïtes et la noirceur de ses œuvres précédentes pour mettre en dessins l’envie, la cupidité, l’avarice, la luxure », rapporte sur son blog l’écrivain espagnol et traducteur de mangas Marc Bernabé. Dans les huit contes qui composent ce recueil se succèdent coups du sort, dialogues truculents et péripéties d’hommes fréquentant le quartier de Yoshiwara pour passer de bons moments en compagnie des geishas. Dans le récit intitulé « Le dieu de la mort », un homme et sa femme ont tellement de difficultés financières que le premier finit par passer un pacte avec le dieu de la mort pour devenir un guérisseur infaillible, que les gens paient très chers et s’arrachent. Sens de lecture japonais (de droite à gauche)          

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire