N’idéalisons pas la démocratie

La démocratie n’est pas une invention propre à l’Occident. Mais elle n’a pas la valeur universelle qu’on lui prête souvent – et que lui prête le théoricien John Keane. Elle n’est pas forcément le meilleur garant de la paix, de la sécurité, de la prospérité, de la bonne gestion des problèmes. Ni même de la tolérance et de la liberté. Les peuples le savent.


Iraq 2005 © US Marine corps
Écrivant en 1908, le théoricien allemand Max Weber, l’un des pères fondateurs de la sociologie, observait : « Des concepts comme “volonté du peuple”, “véritable volonté du peuple”, ont depuis bien longtemps cessé d’exister à mes yeux. Ce sont des fictions. Toutes les idées visant à abolir la domination de l’homme par l’homme sont utopiques. » Weber était un libéral, sur le plan politique, et il n’a jamais douté de la supériorité de la démocratie sur la tyrannie. Mais c’était aussi un réaliste. Or, si la démocratie peut rendre les gouvernements redevables et assurer des alternances pacifiques, pensait-il, elle ne peut abolir le besoin de dirigeants. Dans son ouvrage monumental, produit de plus d’une décennie de recherches et long de près de mille pages, John Keane entend invalider cette vision réaliste. Ne citant la réflexion de Weber que pour la rejeter, il proclame : « Les démocraties, comprises comme des formes de gouvernement où nul corps ne gouverne, rendent superflu le fétiche de dirigeant (1). » Cet ouvrage érudit et militant est, dans une large mesure, un exercice de réécriture de l’histoire de la démocratie. ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Vie et mort de la démocratie de John Keane, Simon & Schuster, 2009

SUR LE MÊME THÈME

Démocratopathies Dans ce hors-série
Démocratopathies À quoi bon enseigner les lettres ?
Démocratopathies Le vrai problème : un enseignement sclérosé

Dans le magazine
BOOKS n°122

DOSSIER

Faut-il encore faire des enfants ?

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Bestsellers

Un roman monstre

par Baptiste Touverey

Entretien Henry Mintzberg

« Les systèmes de santé souffrent plus de leur succès que de leur échec »

par Olivier Postel-Vinay

Voir le sommaire