William Julius Wilson : « Les États-Unis ne sont pas une société postraciale »
par Sandrine Tolotti

William Julius Wilson : « Les États-Unis ne sont pas une société postraciale »

Près de 20 % des Noirs vivent encore dans des ghettos. Comme en Afrique du Sud, cette réalité traduit une inégalité socio-économique structurelle, qui affecte les familles les plus défavorisées, nourrit la violence et la consommation de drogues.

Publié dans le magazine Books, janvier-février 2010. Par Sandrine Tolotti
  William Julius Wilson est professeur de sociologie à Harvard. Il a le premier introduit la question sociale au cœur de la question raciale, avec son livre fondateur, The Declining Significance of Race (« La signification déclinante de la race »), qui lui valut l’opprobre de nombreux intellectuels noirs. Un seul de ses livres est traduit en français : Les Oubliés de l’Amérique (Desclée de Brouwer, 1994).   Vous n’avez pas caché votre enthousiasme pour le discours de Barack Obama sur la question noire pendant sa campagne. Pensez-vous que sa présence à la Maison-Blanche soit susceptible de réduire la fracture raciale américaine ? Beaucoup me verront sans doute comme un incurable optimiste, mais j’ai vraiment le sentiment que la manière dont Obama formule ces problèmes peut conduire les Américains à mieux comprendre la nature des relations raciales dans ce pays. Il a mis l’accent sur les inégalités léguées par l’histoire de l’esclavage et de la discrimination, contredisant l’opinion dominante : l’immense majorité des Américains considèrent que les Noirs sont les principaux responsables de leur sort. Mais il a aussi mis l’accent sur les réactions problématiques des Noirs, à commencer par la violence. En soulignant à la fois le caractère structurel des injustices et la responsabilité individuelle des Noirs, il encourage l’ouverture d’un débat clair, profond, sans tabou, sur les causes des inégalités raciales. Par ailleurs, son élection est aussi le signe des progrès réalisés par ce pays en matière raciale. Seul l’observateur le plus obtus pourrait nier que les formes les plus radicales de…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.