Awumbuk
par Daniel Pennac

Awumbuk

Publié dans le magazine Books, juillet-août 2016. Par Daniel Pennac

« J’ai longtemps cherché comment nommer le creux laissé en moi par mes amis disparus. “Awumbuk” dit parfaitement ce trop-plein de vide. Je dois cette apaisante découverte à mon camarade, l’anthropologue Lope Vistany, revenu hier de Papouasie. »

D. P.

Awumbuk, mot de la langue baining de Nouvelle-Guinée, désigne le vide palpable laissé par le visiteur qui est reparti. Celui-ci laisse une telle empreinte dans l’air ambiant qu’il faut poser par terre un bol plein d’eau pour l’absorber. Le lendemain, à l’aube, on jette l’eau au loin.

 

Aidez-nous à trouver le prochain mot manquant (facile):

On ne peut pas dire : « Ce cassoulet est d’une grande bonté. » Existe-t-il dans une langue un mot pour désigner la « bonté » d’un aliment ou d’un plat ?

Écrivez à

Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.