Qui a peur du grand méchant russe ?

Les Occidentaux, et surtout les Américains, préfèrent jouer à se faire peur avec la Russie plutôt que de chercher à comprendre ce qui l’anime. À moins que le monde multipolaire que Moscou défend depuis toujours ne soit pas à leur goût.

L’animosité et la suspicion qui existent de longue date entre la Russie et les États-Unis ont récemment atteint une telle intensité que l’idée même de bonnes relations commence à sembler impensable, presque antihistorique. On a du mal à imaginer que jusqu’à la fin du XIXe siècle les deux pays étaient plutôt, selon l’expression de l’historien Norman Saul, des « amis proches évoluant dans des sphères séparées ». Et que, grâce à un sentiment « d’intérêt réciproque et de destinée commune », « l’harmonie et l’amitié » finissaient la plupart du temps par avoir le dessus. Au XIXe siècle, cette affinité était abondamment célébrée de part et d’autre. Le nationaliste slave Ivan Kireïevski écrit : « Dans ce vaste monde, seuls deux peuples ne participent pas à la somnolence générale ; deux peuples, jeunes et frais, sont porteurs d’espoir : les États-Unis d’Amérique et notre mère patrie. » Faisant écho à Alexis de Tocqueville, Charles B. Boynton avait l’espoir que la « république chrétienne américaine » et la monarchie chrétienne russe allaient ensemble « bénir, instruire et élever le peuple ». S’ils ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Should We Fear Russia? de Dmitri Trenin

SUR LE MÊME THÈME

Géopolitique Timochenko, un innocent aux mains sales
Géopolitique Aux origines du « grand État » chinois
Géopolitique Les Balkans, miroir de nos peurs

Aussi dans
ce numéro de Books