BP, voyou du pétrole

Depuis les années 1990, des managers obsédés par la rentabilité à court terme ne cessaient de le répéter aux ingénieurs de la firme britannique : « N’hésitez pas à aller à la limite ! Il sera toujours temps de revenir en arrière. » Ce qui devait arriver arriva, en avril 2010, dans le golfe du Mexique.


US Cost Guards
Lorsque des pans essentiels de nos infra­structures flanchent, c’est toujours sans ménagement, sans préavis, et d’une manière difficile à anticiper. Il revient alors aux enquêteurs de fouiller les décombres pour établir les « causes profondes » de la catastrophe et proposer de nouveaux garde-fous. Et de nous redonner un sentiment de sécurité en replaçant les événements dans une perspective morale. Car mieux vaut imputer le désastre à la cupidité et à la négligence de quelques-uns qu’envisager l’hypothèse alternative : les fautifs n’ont fait qu’appliquer aveuglément les instructions qu’ils avaient reçues, comme d’inconscientes machines. L’extraction pétrolière est une activité fort rémunératrice, qui génère plus de 2 000 milliards de dollars par an. Les coûts – humains et environnementaux – sont également très élevés et ne peuvent être réduits à un simple calcul économique. Dans une telle configuration, les dirigeants semblent souvent tout droit sortis d’un univers moral « parallèle », où les notions de vérité et de responsabilité sont singulièrement contingentes. « C’est tellement plus facile de mettre en route un projet dans les pays émergents !, m’...
LE LIVRE
LE LIVRE

Marée noire et bobards de BP, voyou du pétrole, Random House

SUR LE MÊME THÈME

Economie Un économiste bien peu orthodoxe
Economie Le management laxiste de Netflix
Economie Les artères géantes de l’économie mondiale

Aussi dans
ce numéro de Books