Delacroix, moderne antimoderne

L’auteur de La Liberté guidant le peuple était pétri de paradoxes. Les impressionnistes voyaient en lui un précurseur, mais il fut aussi le dernier à peindre de grandes œuvres dans la tradition de Michel-Ange. Pessimiste, il méprisait le progrès et la modernité. Ce dandy décontracté cachait une âme torturée.


©Jean-Gilles Berizzi/RMN-Grand Palais (musée du Louvres)

Le célèbre Autoportrait au gilet vert (1837). Snob assumé, Delacroix ne cachait pas son aversion pour la petite bourgeoisie, qui représentait à ses yeux une « barbarie entièrement nouvelle ».

L’autre jour, au Louvre, j’ai remarqué que La Liberté guidant le peuple attirait en permanence une petite foule de gens. Ils prenaient force photos, parfois des selfies devant le tableau. Aucun des chefs-d’œuvre de la peinture française accrochés à proximité, dont plusieurs Delacroix, ne suscitait une telle attention. Ce tableau de 1830, avec sa séduisante incarnation de la liberté, les seins nus et brandissant le drapeau tricolore, suivie par d’héroïques ouvriers et bourgeois, est devenu aux yeux du monde entier une image condensée de la France. Qu’il s’agisse ou non d’un bon symbole du pays, on aurait tort de le prendre pour guide pour comprendre les sentiments de Delacroix à l’égard de sa patrie, de ses traditions révolutionnaires et du monde moderne qu’il voyait se développer autour de lui à Paris. Le peintre a sans doute approuvé la liberté, mais nettement moins la fraternité et l’égalité. On trouve probablement un témoignage plus sûr de ses opinions dans le décor qu’il peignit sur le plafond en demi-coupole de la bibliothèque de la Chambre des députés : Attila suivi ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Delacroix and the Rise of Modern Art de Patrick Noon et Christopher Riopelle, National Gallery, 2015

SUR LE MÊME THÈME

Portrait Le grand art de Maria Callas
Portrait Rosa Bonheur au Panthéon
Portrait Pour tout l’or de Troie

Aussi dans
ce numéro de Books