Les dix ans qui ont fait basculer l’Europe

Que s’est-il donc passé ? En 2005, l’Union élargie aux pays de l’ancien bloc de l’Est baignait dans l’euphorie. Se nourrissant des ratés du libéralisme économique, les populistes menacent aujourd’hui non seulement le projet européen, mais aussi la démocratie libérale.

 


© Bryan Smith / Zuma / Rea

Le Parti pour la liberté (PVV) du tribun populiste Geert Wilders n’a pas obtenu le score escompté aux législatives de mars 2017 aux Pays-Bas. Mais son discours anti-islam a contaminé le débat politique.

Si j’avais fait le choix de me faire cryogéniser en janvier 2005, je me serais assoupi comme un Européen heureux. Avec l’élargissement de l’Union européenne à de nombreuses démocraties postcommunistes, le rêve d’un « retour dans l’Europe » qu’avaient caressé mes amis de l’est du continent à la chute du mur de Berlin en 1989 venait de se réaliser. Les États membres de l’UE s’étaient mis d’accord sur un nouveau traité constitutionnel, appelé Constitution européenne. Le projet sans précédent d’une union monétaire avançait en dépit du profond scepticisme qu’il m’inspirait, à moi et à tant d’autres. On pouvait voyager sans entrave d’un bout à l’autre du continent, sans contrôles aux frontières au sein de l’espace Schengen et avec une monnaie unique en usage dans toute la zone euro. C’était fabuleux. Comme si on avait de nouveau ouvert en grand les fenêtres d’un ancien palais plongé dans la pénombre : les rayons du soleil y chassaient l’obscurité pour inonder de lumière Madrid, Varsovie, Athènes, Lisbonne et Dublin. On avait le sentiment que la ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Europe since 1989: A History de Philipp Ther, Suhrkamp, 2014

SUR LE MÊME THÈME

Politique Gertrude Bell, architecte de l’impossible Irak
Politique Hongkong : le long combat de Joshua Wong
Politique La rançon ou la mort, l’impossible dilemme des otages

Aussi dans
ce numéro de Books