Inattendu
Temps de lecture 1 min

Dr Saoud et M. Djihad

Pour comprendre les grands enjeux mondiaux, le plus intelligent est parfois de faire un détour par la littérature. Le professeur de relations internationales David Goldfischer vient encore de le prouver en publiant un article ébouriffant. Il y étudie le comportement de l’Arabie saoudite à la lumière de la nouvelle de Stevenson, L’Etrange Cas du docteur Jekyll et de Mr Hyde. Car le très respectable, Dr Saoud est tourmenté par une seconde personnalité, l’épouvantable M. Djihad.

Comme le Dr Jekyll, il est traversé de noires obsessions : les chiites, les Juifs, les libertés et même les femmes au volant lui donnent des envies de meurtre. Il sait cependant qu’y succomber le mènerait à sa perte. Et la réaction musclée des Etats-Unis à l’embargo pétrolier décrété lors de la guerre du Kippour, en 1973, le lui rappelle. Mieux vaut ne pas laisser paraître son mauvais génie. Or, le Dr Saoud découvre à cette même occasion la potion magique que sont les pétrodollars. Tout en restant aux yeux du monde le fréquentable Dr Saoud, éminent fournisseur de pétrole, il peut financer dans l’ombre les croisades de M. Djihad.

La drogue a hélas un effet secondaire : plus le Dr Saoud s’occidentalise à la faveur de son immense fortune, plus M. Djihad enrage. En novembre 1979, il essaie de s’emparer de la Grande Mosquée de la Mecque. Le Dr Saoud évite de justesse la catastrophe et décide que M. Djihad n’agira plus qu’à l’étranger. Cela marche à merveille pendant deux décennies.

En Afghanistan, le Dr Saoud peut lâcher la bride à son âme noire avec le soutien des Américains, aveuglés par leur anti-communisme. Même le 11-Septembre, commis par des djihadistes pour la plupart saoudiens, ne leur ouvre pas les yeux. L’intervention en Irak, en revanche, complique la donne. M. Djihad y est omniprésent, sa colère attisée par la montée en puissance de l’ennemi iranien après la chute de Saddam Hussein. Mais les pétrodollars qui permettaient jusqu’alors au Dr Saoud de contenir son alter ego viennent à manquer. La situation devient intenable quand, à l’été 2014, les Américains demandent au Dr Saoud de bombarder l’Etat Islamique, alias M. Djihad, cet autre lui-même.

Depuis, c’est la spirale infernale pour le Dr Saoud : le prix du pétrole n’en finit pas de baisser ; ses ennemis au Yémen, en Iran et ailleurs lui semblent toujours plus menaçants ; et M. Djihad est de plus en plus incontrôlable. Le Dr Saoud subira-t-il le sort fatal du Dr Jekyll ? Pour David Goldfischer, la fable est un avertissement. « La psychose du “Dr Saoud et de M. Djihad” n’est pas seulement en train de tuer le patient ; elle est devenue trop dangereuse pour le reste du monde. Elle doit être prise en charge. »

LE LIVRE
LE LIVRE

L’étrange cas du docteur Jekyll et de Mr Hyde de Robert Louis Stevenson, Le Livre de Poche, 1999

SUR LE MÊME THÈME

Inattendu Se reproduire sans sexe
Inattendu États-Unis : les fiascos de l’impeachment
Inattendu Manger un steak, c’est classe

Dans le magazine
BOOKS n°120

DOSSIER

Grandes aventurières

Edito

À propos de Books

par Olivier Postel-Vinay

Numéro spécial : Grandes aventurières

Grandes aventurières

par Books

Travestissement

Sans contrefaçon, ce sont des garçons

par Janet Todd

Voir le sommaire