Les États-Unis doivent leur naissance au rhum

L’eau-de-vie de canne à sucre est née vers le milieu du XVIIe siècle aux Antilles, peut-être sur l’île de la Barbade. Prisé par les marins et les corsaires, utilisé comme monnaie d’échange dans la traite des esclaves, cet alcool fut le déclencheur de la guerre d’indépendance des États-Unis.


© Collection British Library / Kharbine-Tapabor

Une distillerie de rhum sur l’île d’Antigua, colonie des Antilles britanniques. Lithographie tirée de l’ouvrage Ten Views in the Island of Antigua (1823), du peintre William Clark.

« Moi qui te parle, je me suis vu dans des endroits où il faisait plus chaud qu’au fond d’un four, où tout le monde crevait de la fièvre jaune, où la terre elle-même se soulevait en forme de vagues par l’effet des tremblements de terre ; est-ce que ton docteur a jamais rien vu de pareil ? Et je me tirais d’affaire grâce au rhum, au rhum tout seul. Le rhum était mon pain, mon vin, mon pays, mon ami, mon tout. » 1 Celui qui parle ainsi se nomme Bill Bones. Nous sommes au début du chapitre III de L’Île au trésor, de Robert Louis Stevenson, et, avant la fin de ce même chapitre, Bones, le vieux loup de mer, meurt d’une crise d’apoplexie. Et le lecteur comprend que, ça aussi, c’est à cause du rhum. Car le rhum – kill devil, « tue-diable » 2, comme on appelait cette eau-de-vie avant que son nom actuel s’impose – est, dans ce genre d’histoires, un élixir de vie et un réconfort de l’âme, mais aussi un poison et un neurotoxique. ...
LE LIVRE
LE LIVRE

A True and Exact History of the Island of Barbado de Richard Ligon, Hackett Publishing, 2011. Première édition : 1657

SUR LE MÊME THÈME

Histoire La déesse Tyché dans votre poche
Histoire États-Unis : par ici la sortie !
Histoire Chine : un autoritarisme tout en souplesse

Aussi dans
ce numéro de Books