Grand Nord : des baleines aux hydrocarbures

Baleines, morses, loutres de mer, renards, or, hydrocarbures… De part et d’autre du détroit de Béring, Américains et Russes se sont employés, chacun à leur façon, à surexploiter les ressources naturelles, mettant en péril l’équilibre fragile des écosystèmes et décimant les populations autochtones.


© Yuri Smityuk / TASS / Getty Images

Dans la péninsule de la Tchoukotka, en 2018. Des dérogations sur la chasse à la baleine sont accordées aux populations autochtones.

« Nulle part ailleurs aux États-Unis vous ne trouverez autant de belles ­demeures, des parcs et des jardins plus somptueux qu’à New ­Bed­ford. D’où viennent-ils ? » interroge Herman Melville dans Moby Dick. Il connaît la réponse : « Ces jardins en fleurs et ces pimpantes maisons sortent tout droit des océans Atlantique, Pacifique et Indien. Toutes ces demeures ont été prises au harpon et arrachées au fond des mers. »

Dans Floating Coast, Bathsheba ­Demuth raconte justement l’histoire de ceux qui ont appris à gagner de l’argent grâce à la mer, et plus particulièrement aux eaux de la Béringie, cette région qui englobe une partie de l’Alaska et du ­Yukon, l’extrême nord-est de la Sibérie et les mers qui les bordent 1. Au départ, cet argent provient des loutres de mer et des baleines ; lorsque celles-ci commencent à se faire rares, au milieu du XIXe siècle, les morses qui dorment en tas sur les ­rivages glacés les remplacent. Puis ...

LE LIVRE
LE LIVRE

Floating Coast: An Environmental History of the Bering Strait (« Littoral flottant. Une histoire environnementale du détroit de Béring ») de Bathsheba Demuth, W. W. Norton, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Histoire Quand le tabac soignait
Histoire Ça use, Ça use, Ça use les souliers
Histoire Qui était vraiment Magellan ?

Aussi dans
ce numéro de Books