Extinction : les oiseaux disparus, tout un symbole

Quantité d’espèces d’oiseaux ont définitivement disparu du fait des interventions humaines. Et encore, on ne les a pas toutes identifiées. Une bonne entrée en matière pour saisir le processus d’extinction massive dans lequel la plupart des biologistes pensent que nous sommes engagés.


© Minden Pictures / Tui De Roy / Biosphoto

Le kakapo est un gros perroquet terrestre endémique de Nouvelle-Zélande (ici un mâle sur l’île de la Morue). Cette espèce en grave danger d’extinction ne compte plus qu'environ 200 individus.

En octobre 2000, le dernier spécimen d’ara de Spix (­Cyanopsitta spixii), un mâle solitaire, disparaissait de la nature au Brésil. L’espèce n’est pas à strictement parler éteinte : quelques dizaines d’individus survivent dans des zoos et des volières de collectionneurs, mais elle se trouve désormais au royaume des morts-vivants, où elle restera jusqu’à ce que le dernier individu meure ou, ce qui est moins probable, que l’espèce soit ressuscitée dans le cadre d’une réintroduction réussie dans la nature1.

D’ici la fin du siècle, elle figurera à coup sûr dans une édition augmentée du livre d’Errol Fuller Extinct Birds. L’auteur y retrace l’histoire des quelque 80 espèces d’oiseaux qui se sont éteintes à cause des êtres humains ou de leurs commensaux – rats, chats, chiens, cochons et autres animaux, plantes et microbes. Si le rythme actuel se poursuit, l’édition 2100 comptera 15 volumes – et ce qui est ...

LE LIVRE
LE LIVRE

Extinct Birds de Errol Fuller, Cornell University Press, 2001

SUR LE MÊME THÈME

Sciences Faux-semblants statistiques
Sciences Le secret des anguilles
Sciences Le souvenir que la Terre gardera de nous

Aussi dans
ce numéro de Books