L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Inattendu
Temps de lecture 1 min

La canicule qui change tout


L’été 2018 est très chaud. Des températures records ont été enregistrées notamment au Japon (41°) et en Algérie (51°), et l’Europe suffoque. Il y a 160 ans, en 1858, pendant trois mois, les thermomètres ont régulièrement dépassé les 30 degrés à l’ombre en Angleterre, bousculant la vie londonienne, explique l’universitaire Rosemary Ashton dans One Hot Summer. A l’époque, Londres était notoirement d’une puanteur terrible. « Les exhalaisons des pires tabacs, de légumes en décomposition, de gaz, de chats morts, de vieux poissons, de cuisine douteuse et d’une humanité sale, négligée et inconsciente ; tout cela rendait la nuit affreuse et soulevait le cœur », écrit le journaliste George Sala. Les égouts de la ville, dont la population a doublé dans la première moitié du siècle, se déversent directement dans la Tamise, dont les deux rives ont disparues sous les déchets fermentant à ciel ouvert. L’investissement nécessaire à une meilleure évacuation des eaux usées divise les parlementaires depuis plusieurs années. Mais dans la chaleur de l’été 1858, l’odeur émanant de la Tamise devient intolérable. La presse attribue à la « grande puanteur » l’éclosion de deux foyers de choléra. La reine Victoria qui avait entrepris une croisière sur le fleuve renonce après quelques minutes. Le 30 juin, les parlementaires quittent la chambre un mouchoir sur le nez, le cœur au bord des lèvres. En quelques semaines, un plan d’action est conçu ; il est voté le 2 août.

Outre ces mesures d’hygiène, la vague de chaleur de 1858 aura eu des effets inattendus, assure Ashton. La question de la qualité de l’air a mis le politicien Benjamin Disraeli au premier plan, tandis que le soleil et la crainte de voir ses théories dévoilées par d’autres plongent Darwin dans une frénésie de travail. Quant à Dickens, cet été si chaud est celui où ce parangon de vertu quitte sa femme pour une actrice de 18 ans.

A lire aussi dans Books: Thoreau, archiviste du climat, octobre 2014.

LE LIVRE
LE LIVRE

One Hot Summer: Dickens, Darwin, Disraeli, and the Great Stink of 1858 de Rosemary Ashton, Yale University Press, 2017

SUR LE MÊME THÈME

Inattendu Se reproduire sans sexe
Inattendu États-Unis : les fiascos de l’impeachment
Inattendu Manger un steak, c’est classe

Dans le magazine
BOOKS n°101

DOSSIER

Les surprises de l'hérédité

En librairie

Accusé Chaïm, levez-vous !

Extraits - Non fiction

Aux sources du wahhabisme

par Malise Ruthven

Bestsellers

Famille de dépressifs

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.