La femme aux cellules immortelles

Il y a aujourd’hui plus de cellules d’Henrietta Lacks dans les laboratoires qu’il n’y en eut jamais dans le corps de cette Américaine noire et pauvre, morte en 1951. Tous les biologistes connaissent son nom. Mais peu savent le désarroi de ses enfants quand ils découvrirent, vingt ans plus tard, que leur mère avait révolutionné la médecine.

Feuilletez n’importe quelle revue de biologie, vous tomberez forcément sur des publicités pour les cellules HeLa, qui se vendent aux laboratoires du monde entier. Leur prix varie de quelques centaines à quelques milliers de dollars la fiole, selon les versions. Nombre d’acheteurs savent depuis longtemps que, derrière l’anodine et omniprésente étiquette HeLa se cache l’histoire d’un être humain. Le livre remarquable de Rebecca Skloot est désormais là pour leur en révéler les détails. HeLa est le diminutif d’Henrietta Lacks. L’agonie de cette jeune mère afro-américaine de cinq enfants, morte il y a soixante ans, a ouvert la voie à une révolution médicale silencieuse. En janvier 1951, Henrietta Lacks était admise dans une salle de consultation réservée aux Noirs de l’hôpital Johns Hopkins, à Baltimore. Elle se plaignait de douleurs abdominales et de saignements irréguliers. Une semaine plus tard, elle revenait pour recevoir un traitement au radium (1) ; on lui avait diagnostiqué un cancer du col de l’utérus. Avant de commencer, le chirurgien préleva une petite quantité de tissus sur sa tumeur pour l’envoyer au laboratoire de George ...
LE LIVRE
LE LIVRE

La Vie immortelle d’Henrietta Lacks de La femme aux cellules immortelles, Calmann-Lévy

SUR LE MÊME THÈME

Sciences Le cerveau sculpté de Ramón y Cajal
Sciences Faux-semblants statistiques
Sciences Le secret des anguilles

Dans le magazine
BOOKS n°121

DOSSIER

Tous traumatisés !

Chemin de traverse

14 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Soigner mes traumas

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

John Donne, poète rock’n’roll

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire