La guerre de la porcelaine

Elle fête ses 300 ans. Du moins en Europe, et plus précisément en Saxe, où l’alchimiste du prince perça enfin, en 1709, le secret des Chinois. Le commerce de la porcelaine devint alors l’un des premiers enjeux de la mondialisation. Princes avides, traîtres et espions tissèrent la trame d’un véritable roman industriel.


En se demande ce qu’Auguste le Fort, prince de Saxe, aurait pensé de cette querelle. Voilà que, trois cents ans exactement après l’entrée en fonction de sa manufacture de porcelaine à Meissen sur l’Elbe, la première de ce type en Europe, les Britanniques ont le toupet d’affirmer qu’ils s’y étaient mis bien avant lui. Mais il s’avère que, si les motifs des trois vases censés le prouver ont bien été peints en Angleterre au XVIIe siècle, les objets eux-mêmes provenaient de Chine (1). Le prince de Saxe se serait sans doute fâché, violemment fâché même, mais aurait-il été étonné ? Pas le moins du monde. De son temps, la porcelaine était un produit que l’on se disputait âprement à l’échelle mondiale, un produit volé, imité, avidement collectionné. Depuis que les premières pièces avaient été importées d’Extrême-Orient en Occident, la matière blanche tournait la tête des princes européens. Mais comment les Chinois la fabriquaient-ils ? Leur savoir-faire demeurait impénétrable. Dès le XVIe siècle, des expérimentations avaient été menées sur une argile de qualité ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Fascination de l’étranger: Chine-Japon-Europe de La guerre de la porcelaine, Hejtens Museum

SUR LE MÊME THÈME

Document L’espionne qui fut emballée par Christo
Document Nasrin Sotoudeh écrit de sa prison
Document Une leçon de journalisme

Dans le magazine
BOOKS n°117

DOSSIER

Quel avenir pour le cinéma ?

Chemin de traverse

16 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

To be or not to be…

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Une histoire anarchiste de l’humanité

Voir le sommaire