La lecture rend-elle fou ?

Parmi les quelque trois cents troubles mentaux recensés dans le DSM-V (Diagnosis & Statistical Manual of Mental Disorders, la dernière recension américaine des désordres psychiatriques, parue en mai dernier), on compte désormais l’hyper-collectionnite, le deuil hypertrophié, l’hyperphagie, et l’hypersexualité. Mais pas encore la lecture, ni même l’« hyperlecture » – et l’impact psychologique de la lecture du manuel lui-même n’est pas davantage pris en compte. Qu’il y ait un lien de causalité entre lecture et folie, cela semble clair – même si le sens de la relation, lui, ne l’est pas. Trop lire rend zinzin, et peut pousser des esprits déjà perturbés à lire encore plus. Voyez Don Quichotte qui lisait « du soir au matin et du matin jusqu’au soir », au point qu’à force « de dormir peu et de lire beaucoup, il se dessécha le cerveau ». Le phénomène a depuis été décortiqué, par Jacques Derrida notamment : « L’acte de lecture troue l’acte de parole ou d’écriture. Par ce trou, je m’échappe à moi-même. » Qui plus est, si l’on en croit Umberto Eco, la lecture ...

SUR LE MÊME THÈME

L'avenir radieux de la lecture Merci pour le lecteur
L'avenir radieux de la lecture Plaisir presque en solitaire
L'avenir radieux de la lecture Lire, écrire, se relire

Dans le magazine
BOOKS n°115

DOSSIER

Pourquoi croit-on en Dieu ?

Voir le sommaire