Richard Lindzen : « Le changement climatique est une illusion »

Rien ne prouve que l’homme modifie de manière sensible la température de la planète. La théorie du réchauffement climatique repose sur du sable. Les modèles climatiques sont comme les modèles financiers à prétention globale : incapables de prévoir l’avenir. En cause, les intérêts économiques et l’aveuglement du milieu scientifique.

  Richard S. Lindzen est professeur de climatologie au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Il est membre de l’Académie des sciences américaine et a beaucoup contribué à la compréhension de diverses dynamiques de l’atmosphère.   Vous êtes aujourd’hui considéré comme le principal scientifique « climato-sceptique » de par le monde. Quelle a été votre trajectoire dans cette affaire ? Jusque dans les années 1980, tout cela m’était complètement étranger. Mon travail scientifique n’avait rien à voir avec cette histoire et, politiquement, je n’avais rien de très original : j’étais aussi « démocrate libéral » qu’on peut l’être sur un campus de New York ou du Massachusetts. C’est alors que j’ai reçu une note de Lester Lave, un économiste spécialiste de l’énergie à l’université Carnegie de Pittsburgh. Lave m’y écrivait qu’il avait participé à une audition du Sénat au sujet du réchauffement climatique, audition au cours de laquelle il avait exprimé ses doutes en raison des nombreuses incertitudes sur la question. Il ajoutait avoir été violemment pris à partie par Al Gore, lequel était allé jusqu’à ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Dynamique de la physique atmosphérique de Richard Lindzen : « Le changement climatique est une illusion », Cambridge University Press

SUR LE MÊME THÈME

Entretien « L’art est ce qu’on veut qu’il soit »
Entretien « L’enseignement dans les universités ? Du travail d’amateur »
Entretien « Les rapports du Giec masquent les données »

Dans le magazine
BOOKS n°119

DOSSIER

Guerre froide 2.0

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

D’une guerre froide à l’autre

Bestsellers

L’art presque perdu de se concentrer

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire