Le triomphe du mariage d’amour
Temps de lecture 1 min

Le triomphe du mariage d’amour

Écrit par La rédaction de Books publié le 12 février 2016

Quoi de plus romanesque que les amants réprouvés fuyant le monde pour vivre leur passion à l’écart ? Le couple marié ! C’est, en tout cas, le discours que tient la littérature amoureuse de la fin du Moyen Âge. Si, au XIIe siècle encore, le couple amoureux par excellence est le couple adultère qui se tient à l’abri de la société, à l’image de Tristan et Iseult, l’imaginaire change à partir du siècle suivant : le sentiment réintègre le mariage et, par là-même, la communauté. Dans Floire et Blancheflor, L’escoufle ou Pierre de Provence, les amants se marient et font tout pour être acceptés de leur entourage. « La conciliation de l’amour des individus et de leurs obligations sociales et familiales forment une seule et même intrigue », assure l’historienne Leah Otis-Cour dans son étude « Mariage d’amour, charité et société dans les “romans de couple” médiévaux ».

Toutes les histoires suivent le même schéma. Une jeune fille aime un jeune homme que sa famille ne considère pas comme un parti souhaitable en raison de son rang ou de sa religion. Les amants se marient en secret et décident d’affronter la société et leurs parents. Cette stratégie est toujours gagnante. Souvent, la fille se réconcilie avec son père. Dans le cas contraire, le couple est réintégré à la société d’une autre manière. Dans Floire et Blancheflor, le héros se convertit au christianisme ; dans l’Escoufle, il finit par récupérer ses terres et donc son rang ; et dans Pierre de Provence, la famille du jeune homme accueille les tourtereaux.

Ces couples amoureux et mariés luttant pour gagner la reconnaissance des leurs ne représentent pas de simples fables, insiste Leah Otis-Cour. Ils reflètent l’évolution de la société médiévale. A la fin du XIIe siècle, les théologiens ont fait du consentement mutuel le fondement du mariage. Une évolution qui résulte d’un regain d’intérêt des laïcs et des ecclésiastiques pour l’idéal d’égalité entre les époux.

0
Commentaire

écrire un commentaire