Les impostures de la recherche médicale
par David H. Freedman

Les impostures de la recherche médicale

L’affaire du Médiator est la partie émergée d’un iceberg : la plupart des études médicales publiées dans les revues scientifiques ne sont pas fiables. Y compris les travaux les plus respectés. Ce stupéfiant constat est le résultat du patient travail d’analyse d’une équipe grecque, dont les conclusions sont admises par la communauté scientifique.

Publié dans le magazine Books, mars 2011. Par David H. Freedman
En 2001, une rumeur s’est mise à circuler dans les hôpitaux grecs : des internes en chirurgie, avides d’accumuler les heures de bistouri, diagnostiquaient de fausses appendicites à de malheureux immigrés albanais. Athina Tatsioni, doctoresse fraîche émoulue de la faculté, discutait de l’affaire avec des collègues, au CHU de l’école de médecine de l’université de Ioannina, en Épire, quand un professeur ayant surpris la conversation lui demanda si elle aimerait tenter de vérifier la véracité de l’histoire. Elle accepta et parvint à montrer que les appendices ôtés sur des patients au nom albanais étaient trois fois plus souvent parfaitement sains que les organes prélevés sur des malades au patronyme grec, dans six hôpitaux du pays. En fait, l’étude avait constitué pour elle une sorte d’audition. Il s’avéra que le professeur avait rassemblé autour de lui une équipe de jeunes cliniciens et chercheurs exceptionnellement hardis et curieux, pour s’attaquer à un programme inhabituel et controversé. Au printemps 2010, j’ai assisté à l’une des réunions hebdomadaires du groupe sur le campus de l’école de médecine. Athina Tatsioni et les huit autres jeunes chercheurs et médecins réunis autour de la grande table rappelaient les acteurs nonchalamment glamour des séries télévisées médicales. Le professeur, John Ioannidis, présidait de manière informelle. Georgia Salanti, une biostatisticienne, commença à présenter une étude en cours sur la question suivante : les laboratoires pharmaceutiques manipulent-ils les publications des chercheurs pour présenter leurs produits sous un jour favorable ? Georgia pointait les données allant en ce sens, mais les autres membres…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire