L’islamisme selon Nolte

Ernst Nolte récidive. Dans les années 1980, ce célèbre et controversé historien allemand avait interprété le nazisme comme une réaction au bolchevisme, déclenchant une immense polémique via la publication de quelque mille deux cents articles et d’une trentaine de livres. Ses détracteurs l’accusaient de chercher à minimiser les crimes nazis. Il pousse aujourd’hui à son terme sa démarche historique. Nolte compare en effet le nazisme tour à tour au sionisme et à l’islamisme. Le sionisme partagerait avec lui la quête de l’« espace vital » ; et l’islamisme nourrirait, à son égal, un virulent antisémitisme. Mais ce racisme, né de la « résistance » à Israël, peut se « justifier » et se « comprendre », écrit Nolte. Pour le critique du Zeit, ces amalgames n’ont qu’un objectif : banaliser le nazisme.

Mohammed Amin al-Husseini, mufti de Jérusalem, fut pour Hitler un allié fort loyal pendant la guerre. Il espérait qu’une victoire allemande sur l’Angleterre rendrait leur liberté aux Arabes de Palestine, alors sous mandat britannique, et servirait leur lutte contre l’installation des Juifs en Terre sainte. À partir de 1941, Husseini bénéficia d’un bureau à Berlin, octroyé par les Allemands, y relaya la propagande nationale-socialiste en arabe, contribua à la création d’une division SS musulmane et collabora étroitement avec Himmler, le chef des SS (1). Le 28 novembre 1941, Adolf Hitler reçut le mufti qui l’assura de son dévouement dans le « combat sans merci contre les Juifs ». Ce mufti tient une place essentielle dans le dernier livre d’Ernst Nolte qui traite de l’« islamisme », envisagé comme le « troisième mouvement de résistance », après le fascisme et le communisme (2).   Réaction conservatrice Nolte, qui a consacré sa vie à l’analyse du national-socialisme et du communisme, semble fasciné par l’essor mondial de l’islam politique au cours des dernières années. L’auteur voit dans cette idéologie communautaire à fondement religieux un avatar de la réaction conservatrice contre ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Le troisième mouvement de résistance : l’islamisme de L’islamisme selon Nolte, Landt Verlag (Berlin)

SUR LE MÊME THÈME

Politique Gertrude Bell, architecte de l’impossible Irak
Politique Hongkong : le long combat de Joshua Wong
Politique La rançon ou la mort, l’impossible dilemme des otages

Aussi dans
ce numéro de Books