Olaf Gersemann : « Nos entreprises sont en train de quitter le pays »

Il règne en Allemagne une allégresse et un sentiment d’orgueil que rien ne justifie. Le pays a hypothéqué l’avenir en négligeant les fondamentaux que sont la démographie, les investissements publics, l’éducation, les nouvelles technologies, l’énergie bon marché et… la valeur travail. L’économie dépend de l’automobile à un point absurde. Et désormais, les entrepreneurs allemands préfèrent investir ailleurs.

Olaf Gersemann est un journaliste allemand. Après avoir été le correspondant à Washington de la Wirtschaftswoche, puis officié au Financial Time Deutschland, il dirige désormais le service " économie et finances" du quotidien Die Welt.   Dans l’article qui ouvre ce dossier, l’Anglais Philippe Legrain explique que la bonne santé de l’économie allemande n’est qu’apparente. Vous venez pour votre part de publier un livre intitulé « La bulle allemande ». Vous êtes donc d’accord avec ce constat ? L’article est superbe. Je n’y ai pas trouvé une seule phrase avec laquelle je ne sois pas d’accord. Mais bien sûr ce n’est qu’un article, et l’argumentation est parfois un peu courte – sur l’apprentissage, par exemple. Que ce soit ou non l’effet de la brièveté du texte, il me paraît surestimer ou sous-estimer certains facteurs.   Avant d’y venir, si vous aviez à définir en quelques mots le mal dont souffre aujourd’hui votre pays, que diriez-vous ? Le problème le plus profond, c’est le déclin démographique. Du coup, notre ...
LE LIVRE
LE LIVRE

La bulle allemande de Olaf Gersemann, DVA, 2104

SUR LE MÊME THÈME

Dossier L’ère du traumatisme
Dossier La nouvelle guerre froide
Dossier La nouvelle Inquisition

Dans le magazine
BOOKS n°122

DOSSIER

Faut-il encore faire des enfants ?

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Bestsellers

Un roman monstre

par Baptiste Touverey

Entretien Henry Mintzberg

« Les systèmes de santé souffrent plus de leur succès que de leur échec »

par Olivier Postel-Vinay

Voir le sommaire