Tout bien réfléchi
Temps de lecture 1 min

Pour Daech, les buildings annoncent l’apocalypse


Au Yemen et ailleurs, la restauration du Califat engagée par Daech est le prélude à la bataille finale de la fin des temps, affirme le spécialiste de l’islam Malise Ruhtven. Il rappelle dans la New York Review of Books l’importance de la rhétorique apocalyptique pour le groupe. C’est en l’utilisant qu’il séduit les jeunes djihadistes venus des pays occidentaux : seuls ceux qui combattent auprès de l’Etat islamique échapperont à l’enfer au moment du Jugement dernier, promet-il. De ce point de vue, Daech est l’héritier d’une idéologie très présente dans la pensée islamique classique. Jane Idleman Smith et Yvonne Yazbeck Haddad le rappellent dans The Islamic Understanding of Death and Resurrection : on trouve près de cinquante références à « l’Heure » ou au « terme fixé » dans le Coran. Et les signes annonciateurs sont abondamment décrits par la tradition : on boira du vin, on s’accouplera en public, les hommes obéiront aux femmes et l’on verra les bergers rivaliser dans la construction de maisons de plus en plus hautes. « Aux yeux des djihadistes, écrit Malise Ruthven, ces signes sont omniprésents au Moyen-Orient aujourd’hui. »

 

LE LIVRE
LE LIVRE

The Islamic Understanding of Death and Resurrection de Jane Idleman Smith et Yvonne Yazbeck Haddad, Oxford University Press, 2012

SUR LE MÊME THÈME

Tout bien réfléchi Comment la rue est devenue un espace public
Tout bien réfléchi Indomptable Catalogne
Tout bien réfléchi Le dissemblable duo derrière l’ordinateur

Dans le magazine
BOOKS n°120

DOSSIER

Grandes aventurières

Edito

À propos de Books

par Olivier Postel-Vinay

Numéro spécial : Grandes aventurières

Grandes aventurières

par Books

Travestissement

Sans contrefaçon, ce sont des garçons

par Janet Todd

Voir le sommaire