Pourquoi nous ne mangeons pas les orchidées

Nous ne consommons qu’une infime partie des plantes comestibles de la planète. Question de goût ou de valeur nutritionnelle ? Pas seulement.

Selon les scientifiques, il existe sur Terre plus de 400 000 espèces de plantes, dont la moitié au moins sont comes­tibles par les êtres humains. En fait, nous pourrions tout à fait cuisiner 300 000 espèces végétales. Et pourtant, nous n’en utilisons qu’une fraction. Homo sapiens, la plus cosmopolite des espèces, qui prospère parce qu’elle est géné­raliste, ne mange que quelque 200 plantes. De manière étonnante, trois cultures seulement – le maïs, le riz et le blé – repré­sentent plus de la moitié des calo­ries et des protéines que nous tirons des végétaux.

Curieusement, on n’a fait que quelques rares tentatives pour expliquer pourquoi nous consommons si peu d’espèces parmi toutes celles qui sont comes­tibles. Leur goût n’est pas la réponse. Ni leur valeur nutritionnelle. Les plantes que nous mangeons ont été améliorées par des générations de sélections au cours desquelles les agriculteurs ont favorisé les espèces ayant la meilleure palatabilité, la plus grande valeur nutritionnelle et le rendement ...

LE LIVRE
LE LIVRE

De l’inégalité parmi les sociétés. Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire de Jared Diamond, traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Folio, « Essais », 2007

SUR LE MÊME THÈME

Société Pourquoi les universités américaines sont les meilleures
Société Comment 2020 est devenue l’année de la guillotine
Société Le Covid-19 touche aussi bien les riches que les pauvres

Aussi dans
ce numéro de Books