Richard Flanagan : « Le romancier ne doit pas dire ce qu’il faut penser »

C’est en se bornant à décrire les détails dans toute leur complexité que l’écrivain peut échapper au kitsch qui guette la représentation artistique des crimes contre l’humanité. L’Australien Richard Flanagan a mis douze ans à trouver le ton juste pour raconter l’horreur des camps de travail japonais de la Seconde Guerre mondiale. Confidences sur un effort littéraire hors du commun.


© Colin Macdougall

Richard Flanagan : « Je voulais accumuler les détails sur ce que les êtres humains endurent lorsqu’ils ne sont plus considérés comme tels. »

  L’écrivain et scénariste Richard Flanagan est né sur l’île australienne de Tasmanie, où il vit. Il est l’auteur de six romans, tous traduits en français. La Route étroite vers le nord lointain a été récompensé en 2014 par le Man Booker Prize, le prix le plus prestigieux de la littérature anglophone.   À propos des prisonniers de retour des camps de travail japonais sur le chemin de fer Rangoun-Bangkok, vous écrivez : « Il n’y a plus pour eux que deux sortes d’hommes : ceux qui étaient sur la Ligne et le reste de l’humanité, qui n’y était pas. » N’êtes-vous pas aussi hanté par cette « Ligne » ? Mon roman est dédié au prisonnier 335 (en japonais san byaku san jū go), qui était le matricule de mon père sur le chantier du chemin de fer que voulaient construire les Japonais à travers la forêt tropicale. Bien malgré lui, cette expérience a été le fait marquant de sa vie. Elle a façonné l’homme qu’il est devenu aprè...
LE LIVRE
LE LIVRE

La Route étroite vers le nord lointain de Richard Flanagan, Actes Sud, 2016

SUR LE MÊME THÈME

Entretien « L’art est ce qu’on veut qu’il soit »
Entretien « L’enseignement dans les universités ? Du travail d’amateur »
Entretien « Les rapports du Giec masquent les données »

Aussi dans
ce numéro de Books