Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour financer notre numéro 100 exceptionnel !

Le thriller de Noël de Posy Simmonds

Le Londres des paillettes et celui de la galère se télescopent dans le nouveau roman graphique de Posy Simmonds et dans la vie de son anti-héroïne, une marchande d’art pingre et misanthrope. Récit d’une rédemption.


Posy Simmonds est doublement à l’honneur ces jours-ci en France. Du 4 au 28 avril, le Pulp Festival lui consacre une exposition à la Ferme du Buisson, près de Paris. Simultanément paraît la traduction de son troisième roman ­graphique, Cassandra Darke. La dessinatrice britannique a de nouveau puisé son inspiration dans un classique de la littérature. Gemma Bovery (1999), qui l’a fait connaître en France, était une libre adaptation de Madame Bovary, de Flaubert, et Tamara Drewe (2007) était fondé sur Loin de la foule déchaînée, de Thomas Hardy. Elle prend cette fois comme point de départ un célèbre récit de Charles Dickens, Un conte de Noël ou Un chant de Noël. Sous la plume de Posy Simmonds, le personnage principal, Scrooge, un riche et vieux marchand ­radin et misanthrope, devient une riche et vieille galeriste obèse tout aussi radine et misanthrope, Cassandra Darke.  

« Les personnages féminins n’ont jamais le droit d’être de vraies teignes »

« J’ai toujours eu le sentiment que, ­hormis de rares exceptions, les personnages féminins n’ont jamais le droit d’être de vraies teignes, se justifie l’auteure dans le quotidien The Guardian. Il n’y en a pas beaucoup à qui il est permis d’être aussi égocentriques et méchantes que Scrooge. » Comme ce dernier, Cassandra Darke va connaître une transformation, au terme d’une histoire dont la noirceur est annoncée d’emblée par le nom de la protagoniste. Cassandra tient la galerie d’art de son ex-mari, Freddie, qui l’a quittée pour sa demi-sœur Margot. Sa devise préférée est
« Imagine le pire » – ce qui n’est pas plus mal car, en cette année 2017, elle est condamnée pour escroquerie après avoir vendu de fausses copies de sculptures à « des clients qui m’emmerdaient. Des spéculateurs qui ne s’intéressaient absolument pas à l’art », déblatère-t-elle. La vieille peste écope de deux cents heures de travaux d’intérêt général qui la rendent un peu plus sensible au sort de ses congénères. Surtout, elle s’est ruinée en frais de justice : elle doit vendre sa maison en France, congédier son chauffeur et sa gouvernante, et découvre les fast-foods et les transports en commun.  

La fibre sociale de Posy Simmonds

« Un deuxième événement va la faire se frotter au monde de la pauvreté et de la délinquance, qu’elle ne connaissait jusqu’ici qu’à travers les émissions de faits divers qu’elle adore regarder à la télé », explique la critique Jane Shilling dans le magazine Prospect. « À l’automne 2016, la fille de Freddie et de Margot, Nicki, une jeune artiste conceptuelle, demande à Cassandra de financer son nouveau projet un peu fumeux. Sur le point de l’envoyer balader, Cassandra se ravise : elle en fait sa femme à tout faire en échange d’un petit prêt et de la jouissance de l’appartement vacant en sous-sol. L’arrangement convient à Nicki et plus encore à son nouvel amoureux, Billy, qui a besoin d’une planque. » Posy Simmonds a gardé de ses ­débuts de dessinatrice de presse une fibre ­sociale qui se mani­feste tout au long du livre. Pour qui habite comme elle Londres, « il y a clairement deux mondes : celui de la galère et ­celui des paillettes », déplore-t-elle dans So British! L’art de Posy Simmonds, la ­monographie que publie Denoël ­Graphic parallèlement à ­Cassandra ­Darke. Un SDF vend un journal de rue devant la vitrine d’une confiserie de luxe ; une épouse d’oligarque russe croise une nounou philippine ; ­Cassandra ­habite une maison de ville dans le quartier huppé de Chelsea tandis que son employée, Phoebe, réside dans la lointaine banlieue ; les artères illuminées du centre contrastent avec la grisaille des cités HLM.   Books   Posy simmonds posy simmonds Posy simmonds posy simmonds
LE LIVRE
LE LIVRE

Cassandra Darke de Posy Simmonds, Denoël Graphic, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Extraits - BD Ménagères du franquisme
Extraits - BD Le Liban, d’un conflit à l’autre
Extraits - BD Les brèves de trottoir de Derf Backderf

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.