Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour financer notre numéro 100 exceptionnel !

Une kleptocratie bien dirigée

Le cercle rapproché de Poutine détient un véritable empire industriel et financier, bâti grâce à des manœuvres frauduleuses.

En novembre 1996, alors qu’il venait d’être appelé par Boris Eltsine à Moscou pour s’occuper de la gestion des propriétés de la présidence, Poutine créa un condominium nommé Ozero Datcha (« Datcha du lac ») avec sept amis de Saint-Pétersbourg. Deux d’entre eux, Iouri Kovaltchouk et Nikolaï Chamalov, figurent à présent sur la liste des milliardaires russes. Les cinq autres occupent des postes en vue dans les affaires et le gouvernement. Les huit compères prirent le contrôle d’une petite banque, AKB Rossia. À dater de 2004, le géant Gazprom, contrôlé par le Kremlin, a cédé à cette banque pour un prix dérisoire, sans appel d’offres, des entreprises ou des parts de capital de grande valeur. AKB Rossia se trouve aujourd’hui à la tête d’un petit empire, comprenant Sogaz (l’un des principaux assureurs du pays), Gazfond (premier fonds de pension russe, dirigé par le fils de Chamalov), Gazprombank (l’un des principaux établissements du pays), le groupe Gazprom-Media (qui possède notamment la grande chaîne de télévision NTV et le quotidien historique les Izvestia). Parmi les actionnaires importants d’AKB Rossia figurent aussi Mikhaïl Chelemov, cousin de Poutine, tandis qu’un autre de ses cousins, Mikhaïl Poutine, est vice-président de Sogaz.

Les autres membres du « condo » Ozero ne sont pas en reste. Vladimir Yakounine est vice-président des chemins de fer. Vladimir Smirnov, accusé de blanchiment d’argent par les services de renseignement allemands, a dirigé Tekhsnabexport, premier exportateur mondial de produits et services pour l’industrie nucléaire ; il est aussi conseiller du directeur d’AtomEnergoProm, holding qui coiffe l’atome russe. Sergueï Foursenko dirige National Media, le groupe de communication issu de Gazprom-Media. Son frère Andreï Foursenko est ministre de l’Éducation et de la Science et gère l’énorme budget lié à ce poste. D’autres actionnaires de la banque, qui ne faisaient pas partie du « condo » Ozero, sont aussi des amis de Poutine, tous anciens membres de son cercle

rapproché à Saint-Pétersbourg. C’est le cas de Dmitri Gorelov, désormais milliardaire, président de la holding Petromed. Son fils détient avec Chamalov Vyborg Shipyards, qui a bénéficié de contrats juteux de Gazprom pour la construction de plateformes pétrolières. Un fils de Chamalov a été nommé à 26 ans vice-président de la holding pétrolière Sibur, cédée par Gazprom à une entreprise liée à AKB Rossia. Autre actionnaire de la banque, Guennadi Timtchenko (qui ne faisait pas partie du « condo » Ozero), mérite un traitement à part. Sa complicité avec Poutine remonte au début des années 1990, quand celui-ci était adjoint au maire de Saint-Pétersbourg, chargé des relations extérieures et notamment des investissements étrangers. Le département dont Poutine avait la charge et Timtchenko fondèrent une compagnie, Golden Gate, bientôt accusée d’avoir organisé la vente frauduleuse de produits pétroliers. Timtchenko vit aujourd’hui en Finlande et est milliardaire. Il contrôle un tiers des exportations de pétrole russe. Il a participé au raid contre Ioukos, la compagnie de Khodorkovski, et vend aujourd’hui sa production. Il est le principal actionnaire de Novatek, le numéro 2 du gaz, après Gazprom.

Dangereuse croisade

Il faut enfin évoquer les frères Rotenberg, Arkadi et Boris. Ils ont fait du judo avec Poutine dans les années 1960. Arkadi est président du club de judo Yavara-Neva de Saint-Pétersbourg, fondé avec l’aide de Timtchenko et dont Poutine est président d’honneur. Les frères Rotenberg sont aujourd’hui milliardaires. Ils sont les principaux fournisseurs de pipelines de Gazprom. Comme AKB Rossia, ils ont bénéficié de la cession à bas prix par Gazprom d’une de ses filiales. Ils ont obtenu plusieurs marchés de pipe­lines sans appel d’offres. Ils ont aussi emporté d’importants contrats autoroutiers dans des conditions douteuses. Les frères Rotenberg contrôlent en outre onze usines de vodka, ce qui pourrait expliquer le prix ridiculement bas de cet alcool, qui fait des ravages dans la population.

Ces informations figurent dans un rapport publié en avril 2011 par un ancien homme du sérail, Boris Nemtsov. Né en 1959, Nemtsov a été vice-Premier ministre de Eltsine. Élu à la Douma en décembre 1999, il est entré dans l’opposition active en 2004, aux côtés de Garry Kasparov. Devenu patron d’une banque, il a été accusé par la justice de blanchiment d’argent et de fraude. Rétrospectivement, cette accusation apparaît comme un coup monté. En 2009, il a été victime d’une attaque à l’acide, sans doute par des Nachi (les jeunesses poutiniennes). Fin 2010, il a été arrêté et mis en prison pour quinze jours, pour avoir protesté contre l’iniquité du jugement rendu dans l’affaire Khodorkovski. Depuis 2008, Nemtsov publie rapport sur rapport pour mettre à nu les défaillances et les scandales du régime. Ces études sont des « samizdats » d’un nouveau genre, publiés à compte d’auteur (avec l’aide de très riches amis) et sur le Net, où ils sont traduits en anglais. Nemtsov estime que les résultats de la commission créée par le président Medvedev pour lutter contre la corruption sont « nuls, peut-être même négatifs ».

Il n’est pas seul à mener cette dangereuse croisade contre la corruption. À la tête d’une petite entreprise de conseil juridique, Alexeï Navalny tient depuis 2007 un blog où il présente des faits avérés. Début 2011, il a créé un site très populaire sur la corruption d’État, qui attire nombre d’informateurs, un peu à la manière de WikiLeaks. Interrogé récemment par le New Yorker sur la nature du régime, il déclarait : « Ce n’est pas un système hyperrépressif. Il n’y a pas d’agents d’une mythique Tchéka dont il faudrait avoir peur. C’est un groupe hétéroclite d’escrocs unis sous le portrait de Poutine. »

Books

LE LIVRE
LE LIVRE

Poutine. La corruption, PLP

SUR LE MÊME THÈME

Dossier Alain Prochiantz : « La radicale originalité de Sapiens »
Dossier Frans de Waal : « Ne confondons pas émotions et sentiments »
Dossier Ce que ressentent les animaux

Dans le magazine
BOOKS n°98

DOSSIER

Ce que ressentent les animaux

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Du grain à remoudre

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

La plus grande chanson de Toni Morrison

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.