1956, le timide « printemps » soviétique
par 1956, le timide « printemps » soviétique
Temps de lecture 1 min

1956, le timide « printemps » soviétique

Écrit par publié le le 15 juin 2017

Le XXe Congrès du PC soviétique s’est ouvert le 14 février 1956 et se déroula comme prévu, du moins jusqu’à cette dernière matinée, un samedi, lorsque les organisateurs ont demandé aux délégués des « pays frères » de les laisser entre-eux. Les Soviétiques allaient écouter, en séance fermée, un rapport du Secrétaire général, Nikita Khrouchtchev. Celui-ci se livra à une critique en règle du « culte de la personnalité » instauré par son prédécesseur, Staline, et le régime de terreur d’arbitraire qui l’accompagna… Le fameux « discours secret». Moscow 1956. The Silenced Spring, paru outre-Atlantique, rend un hommage tardif mais appuyé au « courage» de Khrouchtchev. « Il s’agit d’un moment clé de l’histoire de l’URSS qui augure la glasnost de Gorbatchev et l’effondrement de l’union sous Eltsine », estime The Spectator. Cet ouvrage, qui s’est appuyé sur des archives soviétiques déclassifiées, explore aussi les années de « déstalinisation » qui ont suivi le XXe Congrès avec leurs timides progrès en terme de libertés individuelles. Pour commencer, il a fallu comme le rappelle la poète Anna Akhmatova, que les prisonniers du Goulag rentrent chez eux et que les deux Russie, celle des bourreaux et celle des victimes, apprennent à se regardent dans les yeux.

 

A lire aussi: Dans les archives de Staline, Books, avril 2009.

 

Chaque matin, la rédaction de Books vous propose de découvrir un livre « lu d’ailleurs ». Pour recevoir le Books du jour inscrivez-vous gratuitement.

0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.