Dror Mishani : « Le polar a longtemps été un genre indigne en Israël »
par Eve Charrin

Dror Mishani : « Le polar a longtemps été un genre indigne en Israël »

L’engouement pour le roman policier est récent dans un pays où la littérature est traditionnellement chargée de chanter le projet national. Mais les bouleversements et les tensions sociales provoqués par l’urbanisation et l’immigration ont changé la donne. Car le roman noir est le propre des sociétés désorientées.

Publié dans le magazine Books, février 2016. Par Eve Charrin

©Yanai Yechiel

Dror Mishani : « Eretz Israël, la terre biblique, est vue comme strictement juive, mais elle ne l'est pas – elle ne l'était pas non plus il y a deux mille ans. »

  Âgé de 40 ans, Dror Mishani est un universitaire israélien spécialiste de l’histoire du roman policier. Son deuxième roman, La Violence en embuscade, a été le premier polar en lice pour le prix Sapir, le Goncourt israélien. Il vit à Tel-Aviv et se consacre désormais à l’écriture du cycle policier « Avraham Avraham » (du nom de son personnage principal, un inspecteur de police un peu perdu). Son premier roman, Une disparition inquiétante, a également été traduit au Seuil, en 2014.   Vos deux romans publiés à ce jour portent sur les relations père-fils. Est-ce pour vous une obsession ? Disons qu’il y a tout d’abord un contexte personnel. J’ai écrit La Violence en embuscade à un moment difficile où mon père était très malade. Il est mort un mois avant la publication de ce deuxième roman. Sa maladie avait duré deux ans, et j’avais beaucoup réfléchi à notre relation ; le lien père-fils est pour moi chargé de mystère. À la naissance de mon fils aîné, Benjamin, qui a aujourd’hui 7 ans, j’avais commencé à écrire Une disparition inquiétante, une enquête sur la disparition d’un adolescent dans la banlieue de Tel-Aviv, histoire dans laquelle les parents jouent un rôle trouble. Je lui ai ensuite dédié La Violence en embuscade, qui porte sur la relation d’un père trop possessif avec ses deux jeunes fils. Ce roman m’a été inspiré par une déclaration étonnante de sa part, lorsqu’il avait 4 ans : « Avant toi j’ai eu un autre père, et il est mort. » J’ai cherché en…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.