L’éternel secret de Bruno Pontecorvo
par Freeman Dyson

L’éternel secret de Bruno Pontecorvo

En 1950, un brillant physicien italien disparaît avec toute sa famille alors qu’il est en vacances à Rome. Cinq ans plus tard, il refait surface en URSS, où il poursuivra ses travaux jusqu’à sa mort, en 1993. Est-il parti de son plein gré ? A-t-il livré des informations sur les programmes nucléaires occidentaux ?

 

15666-2c37d6 Publié dans le magazine Books, juillet / août 2017. Par Freeman Dyson

© Keystone/Hulton Archive/Getty

Bruno Pontecorvo avec son épouse Marianne en 1955 à Doubna, en URSS. Son installation en Russie a compromis ses chances de devenir une sommité mondiale de la physique.

«Je veux mourir en grand scientifique, pas en tant que votre foutu espion. » C’est ce que Bruno Pontecorvo a répondu en russe, un an avant sa mort en 1993, à un fonctionnaire russe qui tentait d’organiser un rendez-­vous avec un historien souhaitant l’interviewer. ­Jamais Pontecorvo ne fut aussi près d’accréditer la thèse, largement ­répandue, selon ­laquelle il avait ­espionné pour le compte de l’Union ­soviétique lorsqu’il travaillait sur le projet de ­réacteur ­nucléaire canadien dans les années 1940. « Vash ïebanyi shpion » : cette expression désigne la façon dont Pontecorvo souhaitait ne pas passer à la postérité. Dans Le Mystère Pontecorvo, le physicien des particules Frank Close la traduit par « your fucking spy » (votre foutu espion), ce qui ne rend pas le sens précis du mot ïebanyi (1). Or Pontecorvo connaissait ­certainement le sens précis du mot lorsqu’il l’employa. Il reflète son ressenti face au traitement que lui réservaient aussi bien les Russes que les médias ­occidentaux. Il donne aussi une indication des tourments intérieurs qu’il réussissait si bien à cacher à ses amis et à sa ­famille. Pontecorvo était indéniablement un grand scientifique. Mais était-il un espion ? La question n’est pas tranchée. Les faits suivants sont incontestables. Dans sa jeunesse, Pontecorvo est un brillant physicien expérimental, qui travaille de 1934 à 1936 aux côtés d’Enrico Fermi à Rome. Avec son aide, Fermi amorce une révolution dans le domaine de la physique nucléaire en se servant des neutrons lents comme ­outil d’expérimentation. Leur utilisation rend pour la première fois possible de déclencher des transformations…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.