Kim Philby, l’ami infidèle

Considéré comme le pivot des « Cinq de Cambridge », ces jeunes Britanniques de bonne famille recrutés par l’URSS dans les années 1930, Kim Philby est sans doute celui qui a causé le plus de dégâts aux services occidentaux. Grâce à son don pour la duplicité et à ses solides amitiés, il ne se fera démasquer qu’en 1962.


© Harold Clements / Getty

Comme beaucoup d’héritiers de l’establishment britannique, Kim Philby (ici en 1955) avait une confiance innée dans sa capacité et sa légitimité à changer et gouverner le monde.

Peut-on encore trouver quelque chose à dire sur Kim Philby, sans doute l’espion le plus brillant de sa génération, sinon de tous les temps ? Des dizaines de livres lui ont été consacrés, ainsi qu’à ses comparses, ces espions britanniques au service de l’Union soviétique qui, avant et après la Seconde Guerre mondiale, ont cherché à exporter le communisme en Europe et aux États-Unis. à présent que les idéaux de tous ces jeunes hommes et femmes étudiant à Cambridge et à Oxford dans les années 1930 ont pris un sérieux coup de vieux, quel est l’intérêt de revenir sur la saga Philby ? Ben Macintyre réussit pourtant à lui insuffler une nouvelle vie, en mettant l’accent non plus sur l’espionnage ou l’idéologie mais sur la psychologie, l’amitié et la conscience de classe. « J’ai voulu décrire un type particulier d’amitié qui a joué un rôle important dans l’histoire, écrit-il, un mode de relation très britannique sur lequel personne ne s’était jamais penché. » De l’avis de Macintyre, le don qu’avait Philby pour l’amitié contribue à expliquer qu’il ait pendant si longtemps ...
LE LIVRE
LE LIVRE

A Spy Among Friends: Kim Philby and the Great Betrayal de Ben Macintyre, Crown, 2014

SUR LE MÊME THÈME

Espionnage L'étonnante reconversion d'Horst Meier
Espionnage Markus Wolf, la médiocrité d’une légende
Espionnage Les disparus de Berlin

Aussi dans
ce numéro de Books