Un 31 décembre à Diyarbakır

Un 31 décembre à Diyarbakır

À l’été 2015, le conflit reprend dans l’est de la Turquie, à majorité kurde. De violents combats urbains opposent pendant plusieurs mois des militants du PKK aux forces turques. Sur, le quartier historique de Diyarbakır, est dévasté. La romancière Oya Baydar s’y est rendue pour tenter de renouer le dialogue avec une vieille connaissance.

Publié dans le magazine Books, janvier/février 2018.
Les combats ont lieu dans Sur mais toute la ville semble plongée dans un sommeil de mort. Les magasins sont fermés, les autobus, les minibus, les taxis ne circulent pas. On n’est pas en période de vacances scolaires mais on ne voit pas d’élèves dans les rues, personne n’envoie ses enfants à l’école. Est-ce en signe de protestation, par peur, pourquoi ? À la fois par protestation et par peur. Ils protestent contre quoi, ils ont peur de qui ? Autrefois, les commerçants avaient peur qu’on casse leurs vitrines en cas d’incidents. Ils baissaient leur rideau de fer et protégeaient leurs marchandises. La pression de l’organisation s’exerçait de temps en temps, les jeunes du PKK forçaient les commerçants du centre-ville à fermer boutique. Ils râlaient intérieurement mais ils n’osaient pas s’y opposer. Maintenant, c’est moins par peur que par protestation qu’ils baissent leur rideau, pour dire leur ras-le-bol, pour se faire entendre par le silence, ils organisent des opérations ville morte. Plus l’État resserre son étau pour faire respecter l’ordre public, plus la ville se referme sur elle-même et, regardant de loin Sur qui brûle et s’effondre, elle sombre dans un profond sommeil. Aujourd’hui aussi tous les magasins étaient fermés. La ville semblait retirée en elle-même comme une tortue rentrée dans sa carapace. Quand la foule qui marchait vers les remparts commença à se faire asperger de gaz lacrymogènes, j’ai vu les portes et les rideaux de fer qui s’entrouvraient brièvement pour faire entrer ceux qui fuyaient devant la police…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.