Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

Lu d'ailleurs
Temps de lecture 1 min

Les 59 heures de gloire de Genie Chance

Le vendredi 27 mars 1964, un séisme d’une magnitude de 9,2 sur l’échelle de Richter dévaste la région d’Anchorage en Alaska. Il reste à ce jour le deuxième tremblement de terre le plus important enregistré dans le monde. Mais c’est le tsunami qu’il a provoqué détruisant les villages côtiers de la région qui sera le plus meurtrier, faisant une centaine de victimes.

Dans les ruines d’Anchorage retentit une voix féminine, celle de Genie Chance. Le journaliste Jon Mooallem raconte son histoire dans This is Chance !, « portrait inspirant d’une femme qui prend à bras le corps une situation de crise ; magnifique exploration de la manière dont les gens racontent des histoires à la radio, sur scène, dans les livres et généralement l’un à l’autre », note Sarah Fallon dans le magazine Wired.

Le fil de la radio

Genie Chance, reporter à mi-temps pour la radio locale KENI, est en voiture avec l’un de ses fils quand la route se met à trembler. La secousse passée, elle s’assure que sa famille est en sécurité puis repart aider, à sa manière. Le courant est coupé, mais très vite KENI émet de nouveau grâce à un générateur, et Chance prend l’antenne. Elle décrit la situation sans dramatiser et diffuse des messages de prévention, des conseils pratiques et des appels au civisme. Elle explique aussi où se mettre à l’abri, comment fabriquer de l’eau potable avec de la neige, invite la population à ne pas dévaliser les rayons de produits de première nécessité dans les épiceries… Très vite, elle diffuse également les messages des particuliers qui viennent la voir : avis de recherche ou preuve de vie à destination de leurs proches. Multipliant les allers-retours entre ses proches et son bureau, elle garde l’antenne pendant 59 heures. « J’avais une responsabilité : rassurer les gens, leur dire que le monde n’était pas arrivé à sa fin », a-t-elle dit plus tard.

La solidarité des gens ordinaires

Genie Chance n’était pas seule. Moallem d’ailleurs « redonne vie à une demi-douzaine de gens ordinaires qui ont agit de manière extraordinaire », souligne Timothy Egan dans The New York Times. Quelques jours après le séisme, quand les journalistes et politiciens du reste du pays débarquent à Anchorage, ils constatent que les habitants ont les choses en main. « Une sorte d’infrastructure humaine s’était élevée là où le bâti avait cédé », écrit Mooallem.

À lire aussi dans Books : Solidarité naturelle ?, septembre 2012.

LE LIVRE
LE LIVRE

This is Chance ! de Jon Mooallem, Random House, 2020

SUR LE MÊME THÈME

Miles Davis et son alter ego Baudelaire
Trop bon pour être vrai
Le caractère des ultras

Dans le magazine
BOOKS n°107

DOSSIER

Et maintenant ? Le débat sur la croissance

Littérature

Seconde Guerre mondiale : peut-on être juif et hongrois ?

par Ildikó Józan

Société

Quand on est con, on est con

par Anthony Daniels

En librairie

J'ai épousé un espion

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.