Books prolonge les fêtes ! Profitez de 10 euros de remise sur l’abonnement 11 numéros avec le code promo: BOOKS2020.

L’autre homme invisible


L'Angle mort, Copyright Doc and Film International

Le personnage principal du film L’Angle Mort, de Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic, a le pouvoir de se rendre invisible. Il n’en use pas et le cache même à son entourage.

Quand on parle d’homme invisible on pense immédiatement au roman de H. G. Wells (1897) et à son adaptation au cinéma par James Whale, en 1932. Mais, aux États-Unis, un autre homme invisible a marqué la littérature. Il s’agit du héros du premier roman de l’écrivain afro-américain Ralph Ellison, Homme invisible pour qui chantes-tu ? qui lui a valu de recevoir le National Book Award en 1953.

Le personnage annonce dès le prologue : « Je suis un homme qu’on ne voit pas. » Mais loin d’être un superpouvoir, son invisibilité est un handicap. « Rien à voir […] avec les ectoplasmes de vos productions hollywoodiennes. Je suis un homme réel, de chair et d’os, de fibres et de liquides – on pourrait même dire que je possède un esprit. Je suis invisible, comprenez bien, simplement parce que les gens refusent de me voir. »

Ce n’est qu’après de nombreuses pages que le lecteur découvre que le narrateur est noir, et que ceux qui ne le voient pas sont blancs. Sa non-présence est sociale. Ce jeune homme qui toute son enfance a été préparé à se montrer respectueux envers les blancs, se rend compte à l’âge adulte qu’il est invisible pour eux. Les blancs ne voient de lui au mieux que le reflet de leurs idées préconçues, au pire rien du tout.

À lire aussi dans Books : L’histoire de l’encre invisible, avril 2016.

LE LIVRE
LE LIVRE

Homme invisible pour qui chantes-tu ? de Ralph Ellison, Grasset, 2002

SUR LE MÊME THÈME

Écran noir Le rire est un lien social
Écran noir La naissance du maire
Écran noir Dieu, cet être aux personnalités multiples

Dans le magazine
BOOKS n°103

DOSSIER

Femmes singulières

Mot manquant

Harga

par Daniel Pennac

Esprit critique

La nouvelle élite féminine

par Olivier Postel-Vinay

Politique

Mamata Banerjee, la « grande sœur » des Bengalais

par Sumana Roy

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.