Biodiversité : la terre plus riche que la mer

Pourquoi y a-t-il beaucoup plus d’espèces terrestres que d’espèces marines ? Pour répondre à cette question simple en apparence, les scientifiques doivent se contenter de formuler des hypothèses.

Il y a 500 millions d’années, après que l’explosion cambrienne eut créé une quan­tité impressionnante de nouvelles espèces, il n’y avait toujours pas de vie sur la terre ferme. Pas de vie complexe en tout cas. Pas de plantes, pas d’animaux, rien de comparable à la grande diver­sité de la vie dans les océans, qui grouillaient de trilobites, de crustacés, de vers velus et de mollusques dans le genre du calmar. La plupart des grands groupes d’espèces animales qui existent aujourd’hui ont pris naissance dans la mer à cette époque.

C’est à présent le milieu terrestre qui compte un nombre étourdissant d’espèces. En particulier des plantes à fleurs, des champignons et des insectes, tant de satanés insectes. Selon une estimation, on recense aujourd’hui cinq fois plus d’espèces terrestres que d’espèces marines. Mais comment se fait-il que la biodiversité des mers et les océans – qui avaient une longueur d’avance et représentent la majeure partie de la surface de la planète – ait été relé...

LE LIVRE
LE LIVRE

The Evolutionary World: How Adaptation Explains Everything from Seashells to Civilization (« Le monde de l’évolution. Comment l’adaptation explique tout, des coquillages à la civilisation ») de Geerat Vermeij, Thomas Dunne Books, 2010

SUR LE MÊME THÈME

Sciences Faux-semblants statistiques
Sciences Le secret des anguilles
Sciences Le souvenir que la Terre gardera de nous

Aussi dans
ce numéro de Books