Cernuda in memoriam

L’Espagne célèbre, cinquante ans après sa mort, l’un de ses plus grands poètes.

« Comment t’emplir, solitude / sinon de toi-même. » Ce sont les tout premiers vers du « Soliloque d’un gardien de phare », sans doute le poème le plus célèbre de Luis Cernuda, dont l’Espagne salue la mémoire à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa mort. Pour l’occasion, les libraires du pays sont nombreux à avoir mis en avant sur les présentoirs les recueils de ce poète majeur de la Génération de 27 – ami de Lorca et d’Alberti. Voilà sans doute pourquoi le premier volume de sa « Poésie complète », dont la dernière édition date de 2002, figure aujourd’hui en tête des ventes d’ouvrages du genre. Décédé à la fin de l’année 1963, Cernuda avait fui l’Espagne conservatrice et homophobe de Franco dès la fin de la guerre civile, enseignant la littérature en Grande-Bretagne, puis aux États-Unis. Trè...

LE LIVRE
LE LIVRE

Poésie complète de Cernuda in memoriam, Siruela

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers À la recherche du folklore perdu
Bestsellers L’homme qui faisait chanter les cellules
Bestsellers La chute d’un espion

Dans le magazine
BOOKS n°123

DOSSIER

Faut-il restituer l'art africain ?

Chemin de traverse

13 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Une idée iconoclaste

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

L’homme qui faisait chanter les cellules

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire