Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

Colombie : la vérité sur la violence

La Commission de réconciliation fait la lumière sur le martyre des habitants de Trujillo.

Les ouvrages concernant certains des pires épisodes de l’histoire colombienne se multiplient. Grâce à l’un d’entre eux, publié fin 2008, la commune de Trujillo (département de Valle de Cauca) retient à nouveau l’attention des médias nationaux. Créée en 2005 dans le cadre du processus de démobilisation des paramilitaires, la Commission nationale de réparation et réconciliation (CNRR) a pour tâche de reconstituer un demi-siècle de guerre civile. Un travail trop vaste pour être mené à bien : on a recensé 2 505 massacres et 14 000 victimes pour le seul quart de siècle allant de 1982 à 2007 ! Le Groupe de mémoire historique de la Commission a donc choisi de se concentrer sur plusieurs cas représentatifs. « Trujillo, une tragédie qui n’en finit pas raconte comment la population a été victime d’un massacre qui a duré six ans, de 1988 à 1994, conduisant à l’assassinat de 342 personnes par des paramilitaires, des membres du cartel de Cali, des policiers et militaires, au nom de la lutte contre les guérillas », résume le quotidien El Espectador. Si le cas de Trujillo est éloquent, c’est parce qu’il est « emblématique des principaux traits de la violence contemporaine en Colombie, souligne dans le même article Gonzalo Sanchez, coordinateur de la Commission historique. C’est la tragédie de la population civile ».
En 1995, une Commission enquête avait déjà consacré un rapport aux événements de Trujillo et le gouvernement d’Ernesto Samper avait reconnu la responsabilité de l’Etat. Les auteurs de cette nouvelle publication montrent combien « les raisons de revenir à Trujillo sont nombreuses ». Ils analysent les initiatives locales de résistance contre la violence et l’oubli, le processus judiciaire et évaluent les mesures de réparation mises en œuvre jusqu’à présent. Le constat est amer : « Vingt ans après le massacre et dix ans après la reconnaissance par l’Etat de sa responsabilité, justice n’a toujours pas été faite. Aucune condamnation n’a eu lieu contre les responsables. La violence continue à Trujillo. Il y a encore de nombreuses victimes et la population est menacée par d’anciens et de nouveaux acteurs criminels. » En un mot : « le massacre continue ». Pourtant, la publication de cet ouvrage est bien le signe que certaines choses changent en Colombie. « Malgré la peur, les victimes, la société civile et les institutions commencent à parler. Et la liste des cas que la Commission prévoit d’étudier est encore longue », annonce Gonzalo Sanchez à l’hebdomadaire Cambio.

LE LIVRE
LE LIVRE

Trujillo, una tragedia que no cesa. Primer informe de Memoria Histórica de la CNRR de Colombie : la vérité sur la violence, Planeta

SUR LE MÊME THÈME

Périscopes Donner corps à la faim
Périscopes Les esclaves oubliés d’Indonésie
Périscopes Tout le savoir de la forêt

Dans le magazine
BOOKS n°110

DOSSIER

Risques - Comment les hiérarchiser ?

Chemin de traverse

12 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Les cavaliers de M. Guterres

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Disparues de Buenos Aires

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.