Il communique avec les enfermés profonds
par Moritz Aisslinger

Il communique avec les enfermés profonds

Comment échanger avec le monde extérieur quand on est conscient mais entièrement paralysé ? Le neurobiologiste Niels Birbaumer a trouvé le moyen d’établir le contact avec ces patients, au grand soulagement de leurs proches.

Publié dans le magazine Books, septembre/octobre 2018. Par Moritz Aisslinger

© Pathé Distribution

Le Scaphandre et le Papillon (2007) est l’adaptation du récit autobiographique du journaliste Jean-Dominique Bauby.

Voilà huit ans que, dans un village italien, une famille est plongée dans le malheur, un malheur qui ne fait que s’accroître au fil du temps ; mais un homme est en route pour lui redonner espoir. Niels Birbaumer est petit, il a les cheveux blancs. À 72 ans, ce professeur de psychologie médicale et de neurobiologie comportementale à l’université de Tübingen compte 609 publications scientifiques, 27 ouvrages, 15 distinctions, 3 titres de docteur honoris causa. Il conduit sa voiture sur une route dépar­tementale à l’ouest de Venise, passant devant des habitations modestes et des champs à perte de vue. Puis il s’arrête devant une petite propriété. À peine est-il descendu qu’un septuagénaire court à sa rencontre, les bras ouverts, rayonnant : « Professore, nous sommes si heureux de vous voir. » Luigi Furin saisit Birbaumer par les épaules, étreint le frêle professeur et s’exclame : « Enfin ! » Plus hésitante, presque apeurée, apparaît à sa suite sa femme Caterina, fluette, les cheveux sombres. Elle sourit à Birbaumer. Tous trois traversent la cour pour se rendre dans la maison. Les parents parlent de leur garçon, ­Fabio, leur Fabietto. C’est pour lui que Birbaumer est venu. « Il est ­sûrement tout excité », dit Caterina Furin. Dans une chambre attendent, serrés les uns contre les autres, leur fille Carlotta et son fils de 2 ans, ainsi que deux collaborateurs de Birbaumer, des ingénieurs biomédicaux assis devant leurs ordinateurs portables. Ils sont auprès de la famille depuis deux jours déjà et ont préparé Fabio à ce moment. Birbaumer sourit et dit…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire