Il communique avec les enfermés profonds

Comment échanger avec le monde extérieur quand on est conscient mais entièrement paralysé ? Le neurobiologiste Niels Birbaumer a trouvé le moyen d’établir le contact avec ces patients, au grand soulagement de leurs proches.


© Pathé Distribution

Le Scaphandre et le Papillon (2007) est l’adaptation du récit autobiographique du journaliste Jean-Dominique Bauby.

Voilà huit ans que, dans un village italien, une famille est plongée dans le malheur, un malheur qui ne fait que s’accroître au fil du temps ; mais un homme est en route pour lui redonner espoir. Niels Birbaumer est petit, il a les cheveux blancs. À 72 ans, ce professeur de psychologie médicale et de neurobiologie comportementale à l’université de Tübingen compte 609 publications scientifiques, 27 ouvrages, 15 distinctions, 3 titres de docteur honoris causa. Il conduit sa voiture sur une route dépar­tementale à l’ouest de Venise, passant devant des habitations modestes et des champs à perte de vue. Puis il s’arrête devant une petite propriété. À peine est-il descendu qu’un septuagénaire court à sa rencontre, les bras ouverts, rayonnant : « Professore, nous sommes si heureux de vous voir. » Luigi Furin saisit Birbaumer par les épaules, étreint le frêle professeur et s’exclame : « Enfin ! » Plus hésitante, presque apeurée, apparaît à sa suite sa femme Caterina, fluette, les cheveux sombres. Elle sourit à Birbaumer. Tous trois traversent la cour pour se rendre dans la maison. Les parents parlent de leur garçon, ­Fabio, leur Fabietto. C’est pour lui que Birbaumer est venu. « ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Dein Gehirn weiss mehr als du denkst de Niels Birbaumer, Ullstein, 2014

SUR LE MÊME THÈME

Médecine Trop sensibles pour ce monde toxique
Médecine Les grandes gueules de la pandémie
Médecine Peau noire, blouses blanches

Aussi dans
ce numéro de Books