L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Les brèves de trottoir de Derf Backderf

De 1990 à 2014, Derf Backderf a croqué dans la presse alternative américaine de petites scènes auxquelles il a assisté dans la rue ou dans les commerces de sa ville, Cleveland. Portrait féroce et tendre du beauf d’outre-Atlantique.

The Village Voice a mis la clé sous la porte l’été dernier. Avec la disparition de cet indispensable accessoire de la vie new-yorkaise, c’est tout une époque qui s’achève, celle des alt weeklies. Ces « hebdos alternatifs », diffusés gratuitement et imprimés sur papier journal, conjuguaient enquêtes fouillées, chroniques incisives, critiques rock, nouveau journalisme et bande dessinée underground. Chaque grande ville des États-Unis avait le sien. C’est dans ce genre de publications que Derf Backderf a fait l’essentiel de sa carrière de dessinateur. En mai 1990, le principal alt weekly de sa ville, le Cleveland Edition, l’embauche pour réaliser un strip hebdomadaire, qu’il intitule tout bonnement « The City ». Il se souvient de sa première publication comme du plus grand moment de sa vie professionnelle : « Cela a tout changé pour moi. Je suis entré dans le café à côté de l’Edition et il y avait une pile d’exemplaires avec mon strip dedans. Je suis resté un moment à regarder les gens ouvrir le journal, lire mon strip et glousser », confiait-il en 2013 au journaliste Jeff Pearlman. Au début, rappelle Derf Backderf sur son blog – le Derfblog –, « The City » fait alterner trois types de personnages emblé­matiques de l’Amérique de l’époque : les « femmes à la coiffure volu­mineuse », style Farrah Fawcett dans Drôles de dames ; le couple d’odieux yuppies ­Mindy et Blaine ; et le « Blanc des banlieues pavillonnaires », un super-­héros à la manque qui se complaît dans son style de vie. La quatrième semaine est r
servée à une « true story », une histoire vraie, autrement dit une petite scène de la vie quotidienne à laquelle il a assisté dans la rue, dans un café ou un centre commercial. « Quelque chose se passait devant mes yeux qui me faisait marrer, et je m’empressais de le noter, parce que je savais que c’était de l’or », raconte-t-il dans le journal lycéen The Shakerite. Au fil des années, Backderf laisse tomber la plupart de ses personnages, qui ont disparu du paysage américain, et se recentre sur les « True Stories », qu’il considère comme le noyau dur de son strip. Il y croque en quatre vignettes et avec une férocité non dénuée de tendresse ce qu’il appelle « the common schlub », autrement dit le beauf ordinaire, blanc et de sexe masculin le plus souvent, noir ou de sexe féminin à l’occasion. Pas si éloigné dans le fond du beauf – ou plutôt du nouveau beauf – français immortalisé par Cabu. Avec le temps aussi, le trait un peu sommaire des débuts, que Backderf définit comme de l’« expressionisme post-punk » se fait plus dense. L’humour potache cède la place, après l’élection de George W. Bush en 2000, à une tonalité plus politique. Et, à partir de 2006, il se met à coloriser ses strips. « The City » paraîtra jusqu’en 2014 d’abord dans l’Edition, puis dans Free Times et Cleveland Scene, ainsi que dans 75 autres titres de la presse alternative, qui mutualisent une partie de leurs contenus. Derf Backderf n’est pas mécon­tent d’arrêter son strip et de pouvoir se consacrer à plein temps à l’écriture de romans graphiques. C’est d’ailleurs la seule facette de lui que l’on connaissait jusqu’ici en France. En 2013, le public français et belge réserve un accueil enthousiaste à son premier roman graphique traduit, Mon ami Dahmer. Dans ce livre qu’il a mis huit ans à achever, il relate sa relation avec un copain de lycée, Jeffrey Dahmer, qui sera surnommé « le cannibale de Milwaukee » et avouera avoir assassiné 17 personnes entre 1978 et 1991. Books   derf backderf true stories extrait 1 derf backderf true stories extrait 2 derf backderf true stories extrait 3 derf backderf true stories extrait 4
LE LIVRE
LE LIVRE

True Stories de John Backderf, Éditions çà et là, 2018

SUR LE MÊME THÈME

Extraits - BD C’est toi, Kolya ?
Extraits - BD Ménagères du franquisme
Extraits - BD Le Liban, d’un conflit à l’autre

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.