Exploitez ces immigrés que je ne saurais voir !

L’Italie ne peut plus se passer de ses millions de travailleurs venus de l’étranger. Sans eux, son économie s’effondre. Trois livres illustrent, chacun dans son genre, une réalité niée par la classe dirigeante. Et par une bonne partie de la population, qui ne voit rien d’anormal à organiser des « chasses au Noir ».

À Turin, pour la première fois depuis des décennies, le marché de Porta Palazzo n’a pas eu lieu. La grande place est restée à moitié déserte, quelques étalages de ci de là, beaucoup d’emplacements vides et peu d’acheteurs. Le plus grand marché d’Europe s’est arrêté : les jeunes Bengalis qui chaque matin à l’aube traînent les charrettes des marchands depuis leurs abris nocturnes jusqu’à la place ne se sont pas présentés, les primeurs marocains sont restés les bras croisés, les propriétaires chinois des stands de vêtements n’ont pas bougé de chez eux, les bouchers roumains n’ont pas levé le rideau de fer de leurs magasins, tous les immigrés qui font vivre le marché étaient tout simplement en grève ce jour-là. La « journée sans immigrés » a eu le mérite d’attirer l’attention de nombreux citoyens, coupables d’ignorance, sur une question abondamment étudiée et documentée depuis des années par les chercheurs et experts : la présence d’un nombre toujours plus élevé d’immigrés en Italie est nécessaire à la survie de notre système é...
LE LIVRE
LE LIVRE

Désirables et indésirables. L’immigration en Italie. Comment et pourquoi de Exploitez ces immigrés que je ne saurais voir !, Il Saggiatore

SUR LE MÊME THÈME

Economie Un économiste bien peu orthodoxe
Economie Le management laxiste de Netflix
Economie Les artères géantes de l’économie mondiale

Aussi dans
ce numéro de Books