Fernando Báez : « La guerre culturelle fait partie intégrante du djihad »

Les combattants de Daech savent parfaitement ce qu’ils font en détruisant le patrimoine culturel. L’anéantissement des œuvres d’art relève d’une mise en scène de la terreur au même titre que les décapitations. Une stratégie vieille comme le monde : il y a 4 000 ans, la 3e dynastie d’Ur effaçait déjà la mémoire culturelle de l’ennemi pour assurer son hégémonie.


© AFP PHOTO / HO / MEDIA
L’essayiste vénézuélien Fernando Báez s’est rendu en Irak en 2003, après l’invasion américaine, en tant que membre d’une commission d’enquête sur la destruction des bibliothèques et musées du pays. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont une « Histoire de l’antique bibliothèque d’Alexandrie », une Histoire universelle de la destruction des livres (Fayard, 2008) et « La destruction culturelle de l’Irak » (La destrucción cultural de Iraq, Flor del Viento Ed., Barcelone, 2004).   À la fin du mois de février, une vidéo de la destruction du musée de Mossoul mise en ligne par Daech a fait le tour du monde. Quel objectif poursuit l’organisation en exerçant sa violence contre le patrimoine de l’humanité ? Toute guerre est l’occasion de destructions culturelles. Mais celles-ci peuvent être collatérales, ou bien, comme ici, volontaires. Toutes les vidéos de Daech, celles qui montrent des assassinats comme celles qui montrent des destructions d’œuvres d’art, relèvent d’une seule et même stratégie de mise en scène de ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Nouvelle histoire universelle de la destruction des livres de Fernando Báez, Oceano, 2011

SUR LE MÊME THÈME

Entretien Ezekiel Emanuel : « Qu’est-ce qu’un bon système de santé ? »
Entretien Eugene Thacker : « Le suicide, c’est de l’optimisme »
Entretien Bart Van Loo : « Les Plats-Pays, une invention bourguignonne »

Aussi dans
ce numéro de Books