Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Gare aux lubies alimentaires !

Préconisé par quantité de sites de santé et par divers charlatans, le « régime alcalin » est une dangereuse aberration médicale.

«Maux de tête, insom­nies, ballonnements ou digestion difficile : tous ces petits soucis sont peut-être dus au déséquilibre acido-­basique de votre organisme, lit-on sur le site du magazine Top Santé. C’est le ­moment d’opter pour le ­régime alcalin ! Explications avec ­Natasha Corrett, chef de cuisine végétarienne .» Vraiment ?
Atteinte d’un cancer du sein, Kim Tinkham, une quinquagénaire américaine, a refusé d’être opérée. Elle a préféré suivre le régime alcalin conçu par le naturo­pathe Robert Young et a ­défendu son choix, en 2007, dans la très populaire émission télévisée d’Oprah Winfrey. Trois ans plus tard, elle mourait.

Des célébrités, des blogueurs ­influents, des magazines et même des médecins continuent de préconiser ce régime. Le chef britannique Anthony Warner s’insurge : « Pour quiconque a quelques notions de physiologie, c’est complètement grotesque. » Diplômé de biochimie, Warner a été chef dans plusieurs res­taurants avant de travailler pour une grande entreprise agro­alimentaire. Dans The Angry Chef, il reprend les notes du blog qu’il tient sur les pseudo­sciences entourant l’alimentation. « Pour avoir une relation saine avec la nourriture, nous devons ­apprendre à accepter que nous ne savons pas tout », écrit-il.

Le succès du régime alcalin est lié à l’idée que l’acidité aurait en soi quelque chose de corrosif et de dangereux. Robert Young invoque le fait que les cellules cancéreuses prolifèrent dans un milieu acide et soutient que l’acidification des fluides et tissus corporels est à l’origine de la plupart des maladies. Pour s’en garder, il suffirait de manger des aliments dont les résidus après digestion présentent un pH supérieur à 7 (essentiellement des fruits et des légumes). « Le régime alcalin exploite ces gens dont la culture scientifique se limite à leurs souvenirs d’école sur le pH », écrit Warner.

Le corps n’a pourtant besoin d’aucune aide pour maintenir son homéostasie. Une étude (une seule) a bien démontré l’influence (très faible) de certains aliments sur la basicité du sang – mais sans la faire sortir du cadre des valeurs normales, précise Warner. « Ce sont des arguments insensés. Si l’équilibre du pH de notre sang dépendait de notre alimentation, nous mourrions tous très vite. » Robert Young affirme avoir vu des cellules sanguines se transformer en bactéries dans un environnement acide. Il s’inspire là de la thèse d’Antoine Béchamp, un médecin français du XIXe siècle. C’est « ignorer près de cent cinquante ans de progrès scientifique », s’indigne Warner.

Comment comprendre ce type d’engouement ? Notre « cerveau instinctif », écrit-il, tend vers le simple et le catégorique, même s’il ne dispose pas de preuves.

 

extrait

LE LIVRE
LE LIVRE

The Angry Chef: Bad Science and the Truth About Healthy Eating de Anthony Warner, Oneworld Publications, 2017

SUR LE MÊME THÈME

Livres de goût Fourchette et bonnes manières
Livres de goût Les saveurs et les sons se répondent

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.